Quand les jeunes s’écoutent, ça leur parle !

> Vous pouvez demander la réalisation de ce programme d’écoute via notre formulaire de demande d’intervention.

Lorsqu’un ado se sent rejeté parmi les autres jeunes ou qu’il vit du stress, de la colère, de la tristesse à l’école ou à la maison, il hésite parfois à se confier aux adultes qui l’entourent. Une cellule de jeunes écoutants répond à ce besoin chez l’élève en tension de déposer ses ressentis, d’être accueilli dans sa manière de vivre ses émotions et d’être en relation avec les autres.

Dans l’écoute, le jeune offre le miroir empathique de ce que l’autre vit. Il ne s’improvise pas en sauveur, donneur de leçons, conseiller, et ne répercute pas la parole de l’écouté auprès des adultes. Une fois ses difficultés exprimées, l’écouté cherchera de manière autonome des solutions aux problèmes concrets que ces émotions suscitent éventuellement, ou éprouvera un soulagement libérateur pour continuer son chemin plus sereinement…

Concrètement, l’Université de Paix propose de former à l’écoute un mélange de jeunes et d’adultes volontaires, et offre aux adultes les fiches pédagogiques leur permettant de former d’autres écoutants au fil des années. La formation peut se donner en modules séparés, d’une à 4 journée(s), de préférence réparties sur une année scolaire :

Jour 1 : Comment mener une séance d’écoute ? Quel est le mandat de l’écoutant ?

Jour 2 : Approfondissement des compétences en écoute par le dépassement de ses propres difficultés à écouter.

Jour 3 : Déploiement de l’écoute empathique.

Jour 4 : Training intensif avec supervision sur base des cas rapportés par les écoutants actifs.

Dans l’école, les séances d’écoute peuvent se réaliser en solo si les jeunes le sentent, ou par duos d’écoutants, qu’il s’agisse de paires d’élèves ou de duos élève/adulte.

Au niveau des objectifs pédagogiques, les écoutants en herbe seront amenés à :

– Cerner les contours du mandat de l’écoutant.

– Expérimenter les postures et les gestes d’une écoute efficace (syntonie ou entraînement des neurones-miroirs).

– Apprendre quelques techniques de décodage du langage non verbal.

– S’exercer à la reformulation : être à l’écoute de ce qui se dit.

– Pratiquer l’écoute active/empathique : être à l’écoute de ce qui se dit et de ce qui se vit.

La pédagogie est (inter)active : les apprenants utilisent leurs propres tensions émotionnelles pour expérimenter les techniques de détection, d’accueil et d’écoute. Ils choisissent à tout moment les situations qu’ils souhaitent raconter et les émotions qu’ils s’autorisent à déposer en groupe.

> Vous pouvez demander la réalisation de ce programme d’écoute via notre formulaire de demande d’intervention.