Médiation entre jeunes (ados)

Jusqu’en 2012, l’Université de Paix a été choisie comme opérateur de formation pour accompagner la création d’une cellule de médiation dans 14 établissements primaires (5-6ème année) et secondaires (10 – 18 ans). Cette cellule est cogérée par de jeunes médiateurs volontaires et des adultes encadrants (éducateurs, enseignants, surveillants, etc.).

Dans plusieurs écoles, ces cellules de médiation continuent à fonctionner en autonomie. En 2013, l’Université de Paix lance un appel à candidatures destiné à offrir le programme à des institutions qui en feraient la demande.

> Téléchargez le descriptif détaillé du programme 2013 – 2016

> Pour implanter tout ou partie du programme : conditions et questions pratiques

> Sources de subsides possibles

Finalités du projet

Les médiateurs ne sont ni éducateurs ni surveillants ni arbitres : ils ne font pas de médiation pour gérer la violence ou pour sanctionner. Leur rôle consiste à proposer leur aide dans des conflits entre jeunes qui ne mettent pas en cause des règles établies dans l’école et à condition que la tension émotionnelle des parties au conflit soit déjà en partie retombée. Il s’agit d’un rôle préventif par rapport à la violence : l’intervention du médiateur ne se substitue pas aux règles de l’établissement.

Dans ce projet « Médiation par les pairs », les médiateurs en herbe seront amenés à : découvrir la médiation, le rôle du médiateur et son cadre d’intervention ; s’entraîner à la technique du SIREP (Stop : gérer les émotions – Identifier le problème – Rechercher des solutions – Evaluer l’action pour choisir une solution gagnant/gagnant – Planifier l’action) ; définir les moyens concrets d’organisation de la médiation au sein de l’école (fonctionnement, locaux, missions, planification, diffusion à l’extérieur, etc.).

Méthodologie et planification

La méthodologie est (inter)active (apprendre en faisant) : partage d’un cadre de vie (disposition en cercle), activités concrètes (jeux passant par le corps, activités orales ou écrites, techniques créatives) ; mises en situation (exercices d’entraînement, jeux de rôle, théâtre forum, observation structurée) ; partage et échange d’expériences personnelles. Les retours théoriques se font sur base des échanges autour du vécu des participants.

Le groupe de médiateurs volontaires a été constitué avant le début de l’année scolaire 2011-2012. De septembre à décembre 2011, des formateurs de l’Université de Paix ont animé dans chaque établissement 8 demi-journées ou 4 journées afin de former des médiateurs en herbe. Des réunions et des contacts réguliers entre médiateurs ont permis de mettre sur pied l’organisation concrète de la cellule médiation au sein de l’école. Les médiateurs certifiés sont désormais amenés à intervenir comme tiers dans les conflits entre jeunes.

Sélection des candidats médiateurs

Une condition pour que la cellule médiation fonctionne le plus efficacement possible est de sélectionner uniquement des élèves et des adultes volontaires pour en faire partie. Des médiateurs en herbe qui ont l’élan, le souhait de favoriser la gestion positive des conflits en tant que tiers, sans chercher à gagner en pouvoir ou en notoriété.

Ils peuvent être choisis selon différents critères : pour leur personnalité, leur rôle dans la classe, leurs qualités et leurs défauts. Il est utile que les médiateurs soient représentatifs de l’ensemble des élèves de l’école en âge, en genre, en appartenance culturelle et en niveau scolaire. Pour favoriser l’impact de la médiation dans l’école, il est intéressant de prendre plusieurs leaders informels dans l’équipe de médiateurs. Les adultes médiateurs connaîtront un maximum d’élèves, à qui ils donnent cours ou qu’ils côtoient dans un contexte extrascolaire (responsable de la bibliothèque, préfet de discipline, éducateur, etc.).

Bouton-soutenir

Programme d’intervention développé et proposé avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Fondation Bernheim.

Logo FWB

13 réponses à Médiation entre jeunes (ados)