Programme Graines de médiateurs

Programme Graines de médiateurs – présentation générale

Depuis plusieurs années, l’Université de Paix propose un programme d’éducation citoyenne visant à rendre les enfants autonomes dans la gestion de leurs conflits au quotidien. Ce cursus se veut être une initiative durable : il s’agit aussi d’informer et de former les parents, les enseignants et les directions.

> Implanter complètement le programme dans une école

> Interventions « à la carte », sur mesure

> Subsides possibles

En bref

  • Vivre ensemble, comprendre, communiquer, agir : quatre clés de la gestion de conflit.
  • Entre 2007 et 2013, le programme éducatif « Graines de médiateurs » touche chaque année plus de 500 enfants.

Le programme « Graines de médiateurs », soutenu à différents niveaux par la Fondation Bernheim (lors de programmes de deux ans entre 2007 et 2013 et dans des phases de pérennisation désormais) et la Fédération Wallonie-Bruxelles (2013-2015), a pour finalité d’accompagner les enfants dans l’apprentissage de la prévention et de la gestion de leurs conflits. Via un programme concret qui s’étale sur deux années scolaires, l’Université de Paix propose des outils, temps de réflexion et activités pratiques afin de contribuer à une éducation citoyenne durable des jeunes.

En pratique : quatre « rouages » pour mieux vivre les conflits

L’Université de Paix applique une méthodologie propre par rapport à l’apprentissage de la gestion des conflits au quotidien. Quatre « rouages », piliers de l’expérience du conflit, sont distingués et travaillés : comme dans un mécanisme complexe, la modification d’un seul engrenage a des répercussions sur tout le système dont il fait partie.

Un premier rouage est le « vivre-ensemble » : par des activités de mise en situation, il est question ici de créer du lien, d’apprendre à se connaître. Le « comprendre », ensuite, consiste en un temps de réflexion sur les attitudes, perceptions et ressentis par rapport au conflit. Le pôle « communiquer » exerce quant à lui l’écoute et l’expression. Enfin, l’« agir » invite à passer à l’action, en tant que partie ou comme tiers intervenant.

Illustrons concrètement une des dimensions du projet. En début de parcours, dans une classe où l’enseignant suit le programme pour la première année, 10% des enfants seulement distinguent correctement les faits des jugements. En fin de cette même année scolaire, ils sont 50 %. Dans une classe où l’enseignant a été formé un an, le pourcentage initial est déjà de 60%, et de 80% en fin d’année.

Catherine Bruynbroeck, enseignante à Ixelles, témoigne par ailleurs : « Lorsque j’ai débuté, ma classe était réputée comme « très difficile », les professeurs s’en plaignaient beaucoup. Les exercices ont mis du temps à faire de l’effet, mais petit à petit, quelque chose s’est produit et c’est devenu une classe dynamique, des enfants avec qui on peut avoir des échanges très enrichissants, le tout dans le respect des règles de vie en école. Nous avons mutuellement changé nos regards sur l’autre ».

> Pour aller plus loin, découvrez les repères pédagogiques du programme

> Objectifs et contenus détaillés du programme, par rouages

> Évaluation de quatre années de programme (2007-2011)

Un travail sur le long terme

En 2010, les activités du cursus « Graines » ont été dispensées dans 24 classes, de 11 écoles différentes (tous réseaux confondus) situées en Communauté française. Depuis son lancement, le programme concerne chaque année plus de 500 enfants de troisième et quatrième primaire, mais aussi leurs parents, leurs instituteurs et institutrices, ainsi que les directions.

En pratique, ce travail mobilise des formateurs et collaborateurs extérieurs à raison d’une séance de deux périodes de cours par classe et par mois.

Aux activités en classe, il faut ajouter les journées ou soirées de formation et d’information des enseignants, parents et directions : coaching des professeurs après chaque activité, journées à l’Université de Paix… L’idée est que les outils présentés puissent être mis en œuvre de manière autonome tant par les enfants que par les personnes qui en ont la charge. Au terme des deux années, l’enseignant doit être capable de réaliser le programme dans ses nouvelles classes.

L’histoire de « Graines » commence dans les années nonante, lorsque des formateurs de l’Université de Paix s’aventurent au Québec, afin d’y découvrir de nouvelles pédagogies. A leur retour, ils mettent en place plusieurs activités, les testent et les évaluent. En 2000, ils publient un premier livre ; « Graines de médiateurs ». L’enrichissement issu de leur pratique de terrain leur permet ensuite, après dix autres années d’expérimentations, d’éditer eux-mêmes un second tome, manuel pratique.

Pour implanter le programme

> Implanter complètement le programme dans une école, à la demande

> Animations « à la carte », sur mesure

> Subsides possibles

Contact : Université de Paix asbl – 4, Bld du Nord – 5000 Namur – Tel : 081/554140. Responsable du programme : Julie Duelz

Soutiens (historique)

En 2007-2009, 2009-2011 et 2011-2013, ce programme de formation Graines de médiateurs – Développement des habiletés sociales a été offert à 24 classes de la Communauté française, grâce à la Fondation Bernheim (cf. page de présentation). La Fondation Bernheim continue aujourd’hui de soutenir la pérennisation de ce programme.

En 2013-2014, la Fédération Wallonie-Bruxelles permet de faire bénéficier d’un prix réduit à 8 écoles (candidatures terminées) pour la réalisation de ce programme.

L’Université de Paix a reçu un prix pour son programme de formation Graines de médiateurs – Développement des habiletés sociales, le 20 novembre 2006 dans le cadre de la dixième réunion des Coordinateurs du Programme Éducation à la Citoyenneté et à l’Education aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe.

Programme proposé et développé avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Fondation Bernheim.

Logo FWB

27 réponses à Programme Graines de médiateurs

Lire la suite