[Stage] Sur la trace des berbères (2007)

Du 21 au 29 juillet 2007, l’Université de Paix a proposé une randonnée itinérante dans le Haut Atlas marocain, une aventure d’éducation à la paix par le voyage. Durant une semaine, Cécile Denis et Christine Cuvelier ont emmené 8 enfants âgés de 6 ans à 14 ans – accompagnés de leurs parents – à la découverte de soi, des autres, d’une région du Maroc, à la rencontre d’enfants d’un autre pays et de leurs modes de vie…

« Sur la trace des berbères… » – Un article initialement paru dans le trimestriel, en septembre 2007

Anaëlle, Fanny, Gabriel, Henri, Janelle, Manuella, Paul et Tom sont partis sur la trace des berbères, en randonnée itinérante dans le parc national du Toubkal (le plus haut sommet d’Afrique du Nord).

Durant 5 jours de marche, des sentiers nous ont menés vers des villages de terre et de pierre entourés de champs en terrasse et de noyers, jusqu’à des cols, des domaines d’élevage.

Les images et les souvenirs évoqués dans notre carnet de voyage sont variés :

  • aux cascades de montagne succèdent des gorges, des cols arides, des arbres et la haute montagne ;
  • des vallées aux versants raides sur lesquels s’accrochent des villages berbères ;
  • l’hymne à la vie qui règle les traditions agricoles, par exemple le chant de femmes récoltant du fourrage pour nourrir leur vache;
  • la simplicité de vie au bivouac auprès des muletiers, cuisinier et guide locaux…

Partout, le contact avec la population locale est facile.

Les Berbères, des agriculteurs-pasteurs, ont gardé une grande partie de leurs traditions et sont très accueillants. C’est ainsi que nous sommes invités à prendre le thé chez l’une des familles du village d’Ilkis.

Les femmes de l’Association Tiffaouine Douar (Imlil – Asni) nous invitent dans leurs locaux et nous expliquent le travail socio-éducatif qu’elles réalisent avec les enfants du village. Les services qu’elles offrent : une bibliothèque, un espace récréatif pour les petits, un atelier d’artisanat,…

En témoigne notre « carnet de voyage », compagnon de tous nos déplacements, que nous avons fourré dans l’un des sacs transportés par les mules.

Ce carnet de voyage, se veut le récit vivant et interactif de ce périple en intégrant dessins, photos, témoignages, objets récoltés sur place et disposés de façon très personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *