Coopération

Avenir de la revue – Merci !

Suite à l’appel lancé dans le numéro 139 de notre revue, vous êtes plusieurs dizaines à nous avoir donné votre avis quant à l’avenir de ce périodique, et plusieurs d’entre vous ont renouvelé leur cotisation « membre ».

À celles et ceux avec qui nous avons pu prendre contact par téléphone ou par mail, nous vous disons encore un grand « merci » pour cela. À celles et ceux à qui nous n’avons pas pu témoigner individuellement de notre reconnaissance, nous vous remercions chaleureusement.

Vos retours nous sont utiles dans la réflexion quant à l’avenir de la revue.

La plupart des répondants ayant manifesté un attachement à ce support, et dans l’optique de continuer à remplir notre mission de communication des connaissances et de sensibilisation, nous allons maintenir ce canal tout en rationalisant les dépenses qui y sont liées.

En corollaire, nous supprimons le principe « d’abonnement » (dans les faits, plusieurs personnes reçoivent déjà ce support sans être abonnées), et encourageons davantage les dons et cotisations « membre » individuelles volontaires.

Tous les sympathisants qui le souhaitent reçoivent le trimestriel gratuitement, en tant que support d’information et outil de sensibilisation.

En contrepartie, si vous souhaitez soutenir nos actions de fond et contribuer à leur pérennité, vous pouvez effectuer un don (déductible fiscalement à partir de 40 euros / an) ou participer à nos activités en bénéficiant de prix préférentiels en payant une cotisation membre annuelle (25 euros / an).

Votre avis est important pour nous. N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande, remarque ou suggestion.

Canal et compagnie : « Apprendre la coopération »

Le 23 novembre 2015, Julie Duelz (Formatrice à l’Université de Paix) était présente sur le plateau de l’émission Canal et compagnie (Canal Zoom et Canal C). « Apprendre à développer l’esprit de coopération » ! C’est le thème de cette émission. Elle est intervenue aux cotés d’Anouk Thibaut, du Ligueur. 

7 étapes pour développer la coopération

Les activités de coopération permettent d’entrer en relation avec les autres, dans un climat de confiance et de respect mutuel. Elles visent à développer des compétences et des attitudes qui favorisent, entre autres, la confiance, le dialogue, la communication. En ce sens, il s’agit d’un pilier de l’éducation à la citoyenneté.

Pour expérimenter et apprendre l’esprit de coopération et d’entraide, il est nécessaire de passer par différentes étapes qui se succèdent selon un ordre progressif.

Au nombre de sept, ces étapes s’intitulent :

  1. « Être accueilli », se sentir bien, en sécurité dans le groupe

Cette étape correspond aux activités de présentation de soi et d’accueil des autres dans le groupe.

  1. « S’exprimer »

Lors de cette étape, il est question de développer l’expression de chacun : quelles sont les choses que j’aime ou n’aime pas ? Quels sentiments me procurent telle situation ? C’est une occasion également de trouver du commun entre les membres.

  1. « Reconnaître ses qualités » et celles de l’autre

Cette étape permet de favoriser une image positive des membres du groupe : de quoi suis-je fier/fière ? Quelles qualités essentielles les autres perçoivent-ils chez moi ?

  1. « Prendre sa place » et reconnaître celle de l’autre

Dans ce moment, chacun évalue comment s’insérer et prendre une place dans le groupe tout en laissant la place aux autres. Des rôles peuvent être distribués, échangés, testés…

  1. « Écouter », mettre à profit tous mes sens, apprendre à écouter l’autre pleinement

Le développement des capacités d’écoute fait partie des préalables à la coopération et à la confiance mutuelle. Si chacun a l’occasion de s’exprimer et d’être écouté (et donc d’écouter les autres par corollaire), la dynamique de groupe est plus constructive.

  1. « Développer la confiance » en soi, en l’autre

Des activités spécifiques pour tester et renforcer la confiance mutuelle sont proposées ici. Ici, les participants peuvent se dire qu’ils peuvent compter les uns sur les autres, dans le respect.

  1. « Coopérer », construire ensemble

A cette étape, les participants peuvent dès lors vivre des activités complexes de coopération. La dynamique coopérative se conforte notamment lorsque le groupe expérimente une réalisation collective, par exemple à travers un défi.

Selon le niveau de sécurité émotionnel du groupe, une étape peut prendre plusieurs heures, voire plusieurs jours. En effet, si je ne me sens pas en sécurité avec mes compagnes et compagnons, il me sera difficile de m’exprimer et d’écouter. En tant que formateur, animateur, éducateur, il est nécessaire de voir et de sentir l’opportunité du changement d’étape et d’activités. Certains formateurs peuvent également décider d’intervertir l’une ou l’autre étape (par exemple, l’écoute avant le fait de prendre sa place), ou encore de « retravailler » une étape passée de temps à autres…

Fiche-outil : « Et si tu me suivais ? »

DSCN1547OBJECTIFS

  • Découvrir une composante du langage non-verbal : la notion d’espace interpersonnel.
  • Expérimenter les conséquences du (non) respect de cette notion d’espace.

MATERIEL

Lattes : une pour deux participants.

DISPOSITION

Les participants circulent librement dans un espace délimité.

DEROULEMENT

  • L’animateur distribue une latte pour deux participants.
  • Les mains croisées dans le dos, les deux participants font tenir la latte entre eux (en l’appuyant sur leur front, leur thorax ou leur abdomen par exemple).
  • Au signal de l’animateur, les participants circulent dans la pièce sans que la latte ne tombe.
  • Dans un premier temps, le participant le plus âgé guide la progression et fait comprendre par des pressions où il veut aller.
  • Lorsque l’animateur le précise, les rôles s’inversent. Le plus jeune guide la marche.
  • Si la latte tombe, les participants la ramassent et essayent à nouveau.

Pistes de réflexion…

L’animateur permet aux participants d’exprimer comment ils ont vécu l’activité :

  • Tous les duos ont-ils réussi à relever le défi ?
  • Quelles ont été les difficultés ?
  • Était-il facile de se tenir si près de l’autre ? Pourquoi cela a-t-il paru gênant à certains ?

Notes à l’animateur

L’animateur peut établir des liens avec des situations de promiscuité dans la vie réelle qui génèrent des tensions :

  • Y a-t-il des moments (à l’école, en famille, dans la vie de tous les jours) où ils se sentent également embarrassés, voire énervés, d’être aussi proches des autres ?
  • Comment réagissent-ils quand cela arrive ?