Université de Paix asbl

Retour d’expérience de la Semaine de la Médiation

Dans cet article, Laurence Hanin-Jamot nous dresse un bilan de plusieurs années passées à rapprocher les médiateurs et à faire connaître la médiation, notamment à travers la Semaine de la médiation. Elle nous annonce également la philosophie de la Semaine de la médiation 2018.

Par Laurence Hanin-Jamot, Médiateur généraliste et familiale DEMF, médiateur agréé par la Commission Fédérale de Médiation

Médiateur française à cheval entre la France et la Belgique, j’ai adhéré à l’UBMP, Union Belge des Médiateurs Professionnels et suis devenue l’une des directrices de cette Union. En 2015, l’UBMP, sous diverses impulsions, a décidé de suivre l’exemple d’autres pays en mettant en place la Semaine mondiale de la médiation. Cette semaine entière dédiée à la médiation a vu le jour Outre Atlantique et se déroule chaque année la troisième semaine d’octobre. L’UBMP a adhéré à cette idée trouvant là un moyen pour sensibiliser à la médiation.

Cette idée originale, je l’ai vécue de l’intérieur. La décision prise, l’impulsion devait être passée et donner l’envie aux médiateurs de participer. Nous avons tous fourmillé d’idées et de projets. La « Mediation Week Belgium » était née.

Ce serait exagéré, si je prétendais que nous avions la première année réussi à motiver tout le monde associatif belge de la médiation ainsi que les médiateurs indépendants. Il faut reconnaître en plus que le Royaume de Belgique a ceci pour lui qu’il bénéficie d’une grande richesse qui est, en outre, son trilinguisme avec ses trois langues officielles que sont le néerlandais, le français et l’allemand. Arriver à « rallier » les médiateurs de différents horizons, langues, cultures n’est pas simple.

Cette aventure a débuté à l’Automne 2015 et va continuer avec la prochaine manifestation qui pointe le bout de son nez du 15 au 20 octobre 2018. Les débuts n’ont pas forcement été à la hauteur de nos ambitions ; nous partions de rien et faire passer cette idée n’était pas simple. La plupart des personnes l’ont trouvée plaisante sans pour autant penser à s’y engager, « Wait and See ». Heureusement, nous avions avec nous des partisans de l’action et qui ont vite compris que promouvoir la médiation était aussi pour eux un bon moyen de se faire connaître. Chacun a retroussé ses manches, a fait des propositions à la hauteur de ses possibilités ; qui deux heures, qui une après-midi, qui une soirée… dans une salle prêtée par la commune, sur son lieu de travail, en association avec un confrère, un collègue ou un autre praticien.

Il s’agissait de présenter la médiation à un public précis ou à des personnes en « visite » dans l’officine sous forme d’accueil/infos, d’atelier de réflexion, d’atelier sur la médiation, de sensibilisation… En fait la forme était et est toujours à la discrétion du médiateur. La motivation était que sur le « marché » de la médiation nous avons pléthore de médiateurs et ce qui manque ce sont les médiations, le travail en somme et le « remède » faire de la promotion.

Cette première Semaine Mondiale de la Médiation a été suivie par environ 20 médiateurs ou structures de médiation étendus sur tout le pays. L’important était de participer et d’initier cet événement. L’objectif était pour cette première session d’ouvrir les services au public, de faire des présentations dans des salles communales, pour faire connaître la médiation aux personnes du quartier, de répondre à leurs questions sur la médiation, le médiateur, la formation en médiation. En milieu de semaine la projection d’un film « Une manière de s’entendre, la médiation » suivie d’un débat La projection du film a attiré du monde puisqu’environ 100 personnes se sont retrouvées là et le débat a permis de délier les langues.

Le bilan a été prometteur et nous avons alors décidé que nous n’en resterions pas là. Les personnes qui se sont déplacées étaient à la fois intéressantes et intéressées. C’était à la fois des médiés potentiels, des représentants d’autres professions désireux de mieux comprendre la médiation et surtout d’échanger avec les médiateurs présents, de futurs médiateurs, d’autres médiateurs… Les personnes ont pu faire connaissance avec les services de médiation autour de chez eux et ainsi mieux en comprendre le fonctionnement. Et pour les médiateurs concernés, cela a été bénéfique puisqu’ils ont pu présenter leur travail, rencontrer des personnes, faire œuvre d’ouverture. En tous les cas pour cette année-ci, le premier objectif avait été atteint nous avions semées des graines et donner à penser aux autres que nous avions un grand potentiel de développement.

L’année suivante nous avions plus d’expérience, un sondage avait été envoyé en amont aux médiateurs adhérents et collègues. Il a permis de dégager un thème « le médiateur et sa pratique ». Ce thème nous avez semblé intéressant pour donner une orientation aux divers ateliers/séminaires /formations à destination des professionnels voire du public si la demande existait. Car en plus de cette ouverture au public faite l’année précédente, les médiateurs avaient également le désir d’échanger avec d’autres professionnels. Ce qui pouvait être avantageux, pour une meilleure compréhension du domaine d’intervention de chacun, et que les prescripteurs potentiels puissent participer tout en partageant avec les médiateurs.

Au fils des trois années, de plus en plus de structures et de médiateurs se sont joints à l’aventure (près de 100 en 2017).

La Commission Fédérale de Médiation, instance à qui le législateur a confié le rôle de gardien du développement et de la qualité de la médiation judiciaire, a décidé de participer également en proposant le jeudi soit un colloque, soit des formations, ou des ateliers à destination des médiateurs.

Des nouveautés apparaissent chaque année. L’année dernière, en octobre 2017, le Réseau des Médiateurs Publics de Bruxelles-Capitale a obtenu le prêt d’un bus de la STIB (réseau de transport intercommunaux de Bruxelles) qui a parcouru la région bruxelloise en s’arrêtant sur quelques points stratégiques pour aller à la rencontre des citoyens ; nom de l’opération « living together »… J’ai accompagné certains de mes collègues à l’un de ces arrêts, j’ai pu constater que les Bruxellois étaient à la fois curieux et intéressés. L’ambiance était agréable et détendue. Devant moi des personnes voulaient en savoir davantage et éventuellement venir en médiation.

Quelques témoignages :

« La médiation, je ne connaissais pas. Une personne du Bus m’a expliqué ce que c’est et ça tombait bien parce que j’ai des soucis avec un voisin et je ne sais pas comment m’en sortir. Je vais certainement retourner les voir. » un passant.

« Grâce à cette semaine de la médiation, j’ai pu assister à des formations continuées. J’ai ainsi rencontré d’autres acteurs intervenant lors de médiation. Les discussions, les échanges sur les pratiques que nous avons tous étaient très enrichissants. Merci aux organisateurs. » un participant.

« Je suis contente de mieux comprendre, car comme ça sur le papier, c’est pas simple à comprendre. Je vais en parler à ma fille, elle pourra peut être venir vous voir. Moi je ne sais pas parler et puis c’est pour ma fille, pas pour moi » une passante.

Retrouvez-en davantage dans la Newsletter de l’UBMP, à laquelle je participe.

De la publicité a été faite par le biais d’affiches, d’encarts dans la presse, dans des journaux de communes où les médiateurs annonçaient leurs animations, par courriels… Et en 2017, des journalistes ont interviewé des médiateurs pour des émissions de radio. Interview à voir

L’objectif pour la prochaine session d’octobre 2018 (15 au 20 octobre) reste de faire de cette semaine mondiale de la médiation une grande opération de promotion de la médiation. Bien entendu, plus cette opération aura du retentissement, plus cela permettra au public de mieux appréhender ce qu’est réellement la médiation et non ce que les médias ou les politiques en disent.

Côté Européen, le Grand-duché de Luxembourg a participé à l’édition de 2017 et le Royaume des Pays Bas, via une association à Amsterdam, va se joindre à l’événement à l’Automne prochain… suivi par d’autres pays ?

La France suivra t-elle en 2018 ?

Comme écrit sur l’édito de la newsletter « Chouette, la médiation …on en parle », en tous les cas, pour moi, c’était une magnifique expérience et une belle initiative qui avec le temps n’a cessé de grandir.

« Nous partîmes 500 ; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes 3000 en arrivant au port,
Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
Les plus épouvantés reprenaient leur courage ! » 

Pierre Corneille

Par Laurence Hanin-Jamot

Médiateur généraliste et familiale DEMF

Médiateur agréé par la Commission Fédérale de Médiation

Graines de médiateurs — Approfondissement artistique

Vous expérimentez le programme « Graines de Médiateurs » depuis un certain temps déjà et vous avez un peu fait le tour des activités. Alors, cette formation s’adresse à vous !

Nous vous proposons d’explorer les 4 rouages de ce programme « Graines de médiateurs » par diverses pratiques artistiques : danse, théâtre, rythmique, chant, arts plastiques… Toutes ces activités ont été expérimentées dans des classes. Souvent, elles sont nées de la nécessité de s’adapter à certains contextes complexes.

En effet, il est possible de créer une cohésion de groupe constructive par des activités non verbales. Les arts permettent aussi une ouverture à de nouvelles attitudes lors de conflits, à des manières de communiquer et de résoudre les différents par la créativité.

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

Objectifs

  • Approfondir le programme « Graines de médiateurs » par d’autres supports que les jeux et la parole
  • Susciter le développement des habiletés sociales par les arts plastiques et scéniques (danse, musique et théâtre non verbal)
  • Ouvrir un espace pour la recherche de solutions créatives lors de conflits
  • Développer un regard constructif sur les autres et sur soi-même pour créer de la cohésion

Contenu de base des 4 rouages du programme « Graines de médiateurs »

  • Vivre ensemble : cadre de sécurité et cohésion de groupe
  • Comprendre : les 4 attitudes en conflit (Thomas et Killman)
  • Communiquer : faits et jugement, gestion des émotions et découverte des besoins
  • Agir : assertivité, médiation, créativité dans la recherche de solution

Contenu artistique (initiation)

  • Expression corporelle (Martinet)
  • Rythmique (Dalcroze)
  • Théâtre non verbal (Lecoq)
  • Danse créative (Laban)
  • Technique de feedback (Halprin)

Méthode pédagogique

Alternance entre pratiques artistiques, apports théoriques et analyse collective

Personnes concernées : Toute personne ayant suivi un module de formation de base « Graines de médiateurs » ou le Brevet d’animateur en gestion de conflits (dans des groupes d’enfants 6-12 ans)

Groupe : de 10 à 18 personnes. Les participants sont invités à se munir de vêtements souples.

Durée : 2 journées de 9h30 à 16h30 (12 heures)

Dates : Jeudi 31 janvier & vendredi 1 février 2019, avec Julie Duelz & Olivier Roisin – Référence : 1910

Lieu : Centre Culturel Marcel Hicter – La Marlagne (Wépion)

Prix, syllabus et repas de midi compris:

  • 190 euros (Particulier, Association)
  • 170 euros (Membre adhérent UP, COJ)
  • 250 euros (Organisation)

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

Comportements « difficiles » des enfants : que faire ?

Certains enfants adoptent des comportements qui nous interpellent et nous mettent en difficultés : refus, oppositions, cris, pleurs… Qu’est-ce qui se joue en-dessous ? Que cherchent-ils à combler ? Quels sont les bénéfices secondaires à recommencer inlassablement ces comportements ?

Cette formation propose de travailler sur les fondations qui permettent d’établir un contact chaleureux et structurant avec un enfant et d’envisager des pistes de prévention et de gestion des comportements dits « difficiles ».

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

OBJECTIFS

  • Comprendre quels sont les besoins des enfants nécessaires pour grandir et se structurer
  • Prévenir les comportements inadéquats des enfants
  • Comprendre le mécanisme des croyances sur nos attitudes éducatives et s’interroger sur son propre rapport à la règle
  • Accueillir l’enfant dans sa propre difficulté à ne pouvoir faire autrement, décoder le message envoyé derrière son comportement
  • Poser des limites adaptées et envisager comment faire assumer aux enfants les conséquences de leurs actes

CONTENU

  • Décodage des besoins sous-jacents aux comportements inadéquats
  • Pistes de prévention
  • Croyances limitantes
  • Ecoute active et syntonie
  • Les critères d’efficacité d’une règle et d’une sanction éducative

Référents théoriques : Brigitte Racine, Elisabeth Maheu, Jean Lerminiaux, Thomas Gordon, Patrick Traube…

MÉTHODOLOGIE

  • Echange d’expériences à partir de situations vécues ou observées
  • Exposés théoriques
  • Applications de grilles de lecture
  • Exercices
  • Mises en situation expérientielle

Personnes concernées : Toute personne en contact avec des enfants de 0 à 12 ans : parent, éducateur, puéricultrice, enseignant, animateur, accueillant extrascolaire…

Groupe : de 12 à 18 personnes

Durée : 2 journées de 9h30 à 16h30 (12 heures)

Dates : Jeudi 28 février & mardi 12 mars 2019, avec Nathalie Ballade & Julie Duelz – Référence : 1921

Lieu : Université de Paix

Formation gratuite pour les professionnels de l’accueil de la petite enfance, dans le cadre du décret ATL (0-3 ans) – inscription et brochure via l’Office de la Naissance et de l’Enfance – 02 542 13 90.

Une fois votre demande d’inscription réalisée à l’aide des formulaires d’inscriptions fournis par l’ONE, celle-ci doit être validée par l’organisme, sous réserve des places disponibles. Merci de vérifier votre inscription auprès de l’ONE.

Prix, syllabus compris :

  • 170 euros (Particulier, Association)
  • 150 euros (Membre adhérent UP, UBMP, COJ)
  • 90 euros (Jeunes de moins de 26 ans)
  • 240 euros (Organisation)

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

De la répartie face aux moqueries

S’affirmer et mettre ses limites face aux attaques verbales

J’me suis fait vanner et j’ai pas su quoi répondre. A chaque fois qu’on m’insulte, je pète un plomb ! Et ça me prend la tête de pas savoir réagir autrement…

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

Objectifs

Face à la critique et à la provocation :

  • Rester cool et ancré physiquement
  • Expérimenter des réactions différentes
  • Choisir la réponse adaptée
  • Gagner en assurance

Contenu

  • Postures corporelles de soumission, dominance et puissance
  • Techniques pour décontenancer : humour, édredon, poisson froid…
  • Expression claire des limites

Méthodologie

  • Exercices corporels
  • Entraînement verbal
  • Improvisation

Groupe

  • Formation pour adultes : 12 à 18 personnes
  • Ateliers pour jeunes : de 12 à 16 jeunes âgés de 12 à 18 ans

Durée : 1 journée (formation adultes) ou 2 après-midi (ateliers pour jeunes), de 13h30 à 16h30 (6 heures)

Dates, au choix

  • Formation pour adultes : Samedi 13 octobre 2018, de ph30 à 16h30, avec Christelle Lacour – Réf. 1872
  • Ateliers pour jeunes : Mercredis 7 & 14 novembre 2018, de 13h30 à 16h30, avec Pascaline Gosuin & Christelle Lacour – Réf. 1879

Lieu : Université de Paix

Prix : 100 euros

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires