Dispositions sanitaires pour nos participants

La santé, la sécurité et le bien-être de nos participants fait partie de nos priorités. C’est sur base de ces éléments que nous avons mis en place les dispositions suivantes pour nos modules de formations :

  • Salles de formations adaptées à la distanciation : nos formations se dérouleront dans des locaux permettant d’accueillir le nombre de personnes attendu tout en gardant une distance de 1m50 entre elles.
  • Nettoyage et désinfection des locaux après chaque formation : sol, surfaces, mobilier individuel et partagé, poignées de portes et fenêtres, interrupteurs, robinets, rampes d’escalier…

Des consignes sont envoyées aux participants en amont, au moment de confirmation de leur inscription ou au plus tard au moment de la confirmation du cadre – vivre ensemble, pour validation :

  • Se laver les mains régulièrement, dès l’entrée dans le bâtiment et durant la journée. Des savons et gels sont mis à votre disposition dans toutes les pièces du bâtiment
  • Signer la liste de participants
  • Durant le travail collaboratif, garder cette distance physique de 1,5 m.
  • Le masque est à porter dans les lieux communs durant le temps de formation ne permettant pas la distanciation sociale d’1m50 (couloirs, hall…), lors des déplacements, etc. (« comme au restaurant »). Le reste du temps, rangez-le dans un endroit personnel (sac, poche…).
  • Si vous ou une personne de votre foyer avez des symptômes :
    • Suivez les directives de votre médecin
    • Ne venez pas et prévenez le secrétariat de l’UP : n.grondin@universitedepaix.be. En cas de sessions longues (Brevets, Certificats) mettre le coordinateur de projet concerné en copie. Prévenez votre employeur ou pouvoir subsidiant (ONE, APEF, FWB, etc. ).
  • Catering : les pauses café et repas se prennent en veillant à la distanciation (en utilisant tous les espaces disponibles : 2 cuisines, salles de réunion, parking, etc.). Merci de déposer votre vaisselle sur les plateaux.

Les consignes seront adaptées pour les participants issus de certaines organisations ou partenaires (courriel envoyé préalablement aux participants et formateurs concernés).

Sortie du livre Graines de médiateurs en maternelle !

Nous sommes heureuses et heureux de vous communiquer la sortie de l’ouvrage pédagogique GRAINES DE MEDIATEURS EN MATERNELLE.

Cet ouvrage regorge d’outils et d’activités pratiques réalisables avec les enfants de 2,5 à 7 ans pour développer leurs habiletés sociales 😊 !

En attendant le rétablissement de notre boutique en ligne, vous pouvez commander cet ouvrage par téléphone au 081554140 ou par mail à info@universitedepaix.be

Prix : 35 € (+ frais de port)

Depuis les années 90, grâce à leurs nombreuses expérimentations sur le terrain, les formateurs de l’Université de Paix ont créé et développé un grand nombre d’activités et de programmes.

Les livres « Graines de médiateurs, médiateurs en herbe » (2000) et « Graines de médiateurs II » (2010) sont les fruits de ces investigations. Ces ouvrages s’adressent principalement aux enseignants et animateurs de groupes d’enfants de 8 à 12 ans.

« Graines de médiateurs en maternelle» est la continuité de cette expérience, en s’appuyant sur des moyens plus adaptés aux jeunes enfants qui n’ont pas accès à la lecture et l’écriture : activités corporelles, histoires, marionnettes chansons…

Cet ouvrage pratique se veut directement utilisable par tout professionnel en charge d’un groupe d’enfants de 2 ans et demi à 7 ans. Il contient notamment :

  • Des éclairages théoriques agrémentés d’exemples concrets
  • Plus de 60 fiches d’activités détaillées
  • Des fiches reproductibles
  • Des chansons
  • Des conseils pour manier les marionnettes
  • Des propositions de séquences d’animation

Éd. Université De Paix Asbl

Prix : 35 euros, port non compris

A l’occasion de la sortie de cet ouvrage, (re)découvrez des comptines Université de Paix !

 

Chant 1 : Catherine Bruynbroeck

Chant 2 : Pascaline Gosuin

Guitare : Julie Duelz

Montage : Julien Lecomte

Université de Paix asbl

Accueillir et réguler ses émotions : comment le corps peut-il aider le mental ? Comment le mental peut-il aider le corps ?

Dans cet article, nous proposons de catégoriser les stratégies de régulation des émotions selon deux axes. Sur le premier axe, nous distinguons les techniques plutôt orientées vers une action au niveau des pensées (mental) de celles impliquant plutôt une action au niveau des comportements (corps – mouvement). Sur le second axe, nous distinguons des méthodes de « confrontation » de méthodes d’« évitement » par rapport à l’émotion.

Par Julien Lecomte

Avant de détailler cette typologie, commençons par quelques précisions.

D’abord, à l’Université de Paix, et ce en lien avec plusieurs approches thérapeutiques actuelles, notre message n’est certainement pas qu’il faut s’interdire de ressentir des émotions, même si celles-ci sont désagréables. Une émotion, quelle qu’elle soit, n’est pas mauvaise. Une approche connotée moralement des émotions s’accompagne d’ailleurs généralement de méta-émotions, c’est-à-dire d’émotions à propos du fait de ressentir des émotions : « je ne devrais pas ressentir cela », « je me sens coupable d’être encore en colère », « je suis découragé et triste de ne pas parvenir à me sentir joyeux alors que j’essaie de toutes mes forces », etc. L’émotion est quelque chose qui peut surgir de façon quasi instantanée, immédiate. Cela étant dit, cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas faire quelque chose qui nous permette d’aller vers un mieux-être, à partir de et avec cette émotion.

Ensuite, nous ne proposons pas ici une « recette universelle » pour canaliser et apaiser les émotions. Il existe toutefois des stratégies plus ou moins efficaces selon les individus et les circonstances. Certaines techniques vont très bien fonctionner pour les uns et beaucoup moins bien pour d’autres. Nous pouvons considérer ces différentes méthodes comme des repères : l’enjeu est que vous puissiez vous réapproprier les approches qui vous conviennent.

Le corps ou le mental ?

Il existe plusieurs manières d’appréhender les émotions. Nous distinguons celles qui font intervenir plutôt les comportements/les mouvements et/ou les cognitions/les pensées.

Exemples de stratégies comportementales/motrices : aller courir, frapper dans un punching-ball, pratiquer des techniques de respiration, faire du yoga, manger un bon repas, prendre un médicament relaxant, dormir, faire une méditation orientée sur les sensations corporelles, travailler sa posture, agir pour solutionner un problème, demander de l’aide, etc.

Quelques exemples de stratégies cognitives/mentales : penser à autre chose, voir la situation autrement, faire une méditation orientée sur les pensées, suivre une thérapie orientée sur la compréhension des états mentaux, rechercher des causes / des solutions au problème, imaginer des scénarios, etc.

Toutes ces actions peuvent être pertinentes et efficaces. Les approches par le mental ne sont pas meilleures dans l’absolu que les approches par le corps, et vice versa. Néanmoins, il est possible que vous privilégiiez plutôt des façons de faire à d’autres, et que dans certains cas, celles-ci soient dysfonctionnelles. Nous avons en effet toutes et tous des schémas de réaction devenus plus ou moins « automatiques » lorsque nous ressentons des émotions. Ce sont nos attitudes préférentielles pour les réguler, même si elles ne sont pas toujours adaptées. Cette première distinction invite donc à être plus attentifs à utiliser à la fois le mental et le corps pour une régulation plus fluide des émotions.

Confrontation ou évitement ?

Nous observons également deux rapports à l’émotion : la confrontation et l’évitement. La confrontation consiste à « regarder l’émotion en face » (on se confronte à la situation stressante ou à la pensée stressante), tandis que l’évitement consiste plutôt à tâcher de la contourner, de faire ou de penser à autre chose.

Exemples de confrontation à l’émotion : parler de la situation problématique, agir pour la solutionner, réfléchir au problème, se faire traverser par l’émotion, la vivre pleinement…

Exemples d’évitement de l’émotion : jouer à un jeu vidéo, faire du sport, penser à autre chose, lire un livre, prendre un médicament…

De nouveau, la confrontation n’est pas meilleure en soi que l’évitement, et inversement. Cela dépend des personnes et des situations. Nous détaillons ceci plus loin.

En guise de synthèse intermédiaire, nous pouvons combiner nos deux axes de la sorte :

Nous pourrions ajouter des subdivisions à ce modèle, par exemple en considérant les stratégies selon qu’elles sont plutôt solitaires ou avec autrui.

Aussi, certaines stratégies proposées dans l’évitement peuvent être utilisées aussi en confrontation, et vice versa. Cela dépend en effet de notre rapport à l’émotion. Par exemple, si nous pratiquons un sport dans le but de nous défouler, alors ceci peut être situé dans la confrontation, et moins dans l’évitement.

Il ne s’agit donc pas d’une catégorisation absolue (celle-ci peut prêter à discussion), mais bien plutôt de repères pour nous positionner individuellement en nous demandant où nous nous situons lorsque nous ressentons telle ou telle émotion.

Comment savoir quelles sont les méthodes adéquates pour nous ?

Parmi toutes ces actions possibles, quelles sont celles qui conviennent le mieux ? Comme nous l’avons dit, cela dépend de plusieurs facteurs.

Une question à se poser : pouvons-nous changer la situation qui nous occasionne une émotion désagréable ?

C’est très différent par exemple de si vous stressez à cause des résultats à venir après un rendez-vous médical ou bien à cause de la vaisselle non-faite chez vous. Dans le second cas, pour retrouver de la quiétude, il est possible de faire la vaisselle, de demander à quelqu’un d’autre de la faire, etc. Ici, une stratégie comportementale de confrontation est sans doute plus adaptée qu’un évitement qui ne ferait que reporter le problème. A l’inverse, dans le premier cas, quoi que vous fassiez, la teneur des résultats médicaux ne changera pas. A la limite, vous pourriez demander de les recevoir plus vite que prévu, mais en imaginant que ça ne soit pas possible, vous n’avez pas de prise sur le stimulus stressant. Dans cette situation, les stratégies de confrontation par le comportement risquent donc d’entretenir un sentiment d’impuissance, et de mener à des ruminations mentales dans lesquelles vous ressassez votre incapacité à changer les choses. Peut-être serait-il alors plus judicieux d’avoir recours à des stratégies d’évitement temporaires, ou de travailler plutôt au niveau corporel (qui en soi peut représenter une forme d’évitement, dans la mesure où il éloigne des pensées anxieuses).

Autrement dit : lorsque vous pouvez solutionner relativement facilement la situation, alors il est judicieux d’agir en ce sens. Cela vous stresse d’oublier de remplir un papier ? Remplissez-le. Cela vous préoccupe d’avoir une conversation avec votre ami ? Allez lui parler. Etc. Dans le cas contraire, quand vous manquez d’énergie ou de pouvoir d’action, il peut être plus adapté d’éviter la situation, de s’en divertir ou encore de tâcher de la voir autrement.

Autre question : la situation stressante se répète-t-elle, ou est-elle plutôt ponctuelle ?

Quelqu’un vient de vous couper la priorité de droite et cela vous a énervé ! C’est une situation ponctuelle. Vous pouvez vous confronter à celle-ci en tâchant de la comprendre, en cherchant des solutions pour l’avenir : cela n’amènera pas à grand-chose, si ce n’est à vous occuper le corps et/ou l’esprit avec ce vecteur de stress. Dans ce cas, il est peut-être plus opportun de « passer à autre chose ». En revanche, dans le cas où, à chaque fois que vous prenez la voiture, cela vous stresse, alors il est peut-être plus judicieux de tâcher de comprendre ce qui vous angoisse, et comment vous pourriez trouver des solutions pour être plus apaisé. Il est possible de voir la situation autrement (adopter d’autres points de vue) que par le prisme de l’anxiété, par exemple.

En bref : si la situation est ponctuelle, il n’est pas nécessaire de la ruminer ou de s’y accrocher. Si elle se répète, il peut être pertinent de s’y confronter afin d’y trouver des solutions (si vous pouvez agir en ce sens) ou de la voir autrement.

Enfin, une démarche d’introspection et de conscience bienveillantes des émotions ressenties

Les émotions sont des signaux, et les comportements et pensées qui les accompagnent ont des conséquences sur votre bien-être.

Prenons encore un exemple. En période d’examens scolaires, est-il plus judicieux de penser à autre chose, ou bien de penser à sa matière ? Cela dépend ! Si les pensées se limitent à des ruminations, à un stress qui bloque l’étude, alors sans doute vaut-il mieux se changer les idées pendant un moment. A contrario, si l’évitement dure trop longtemps et se mue en une sempiternelle procrastination, cela risque d’aboutir à un échec scolaire renforçant le stress lié à cette situation !

Dans cette optique, il est important de prendre le temps d’amener tout cela à votre conscience, avec bienveillance. Certaines de nos réactions n’amènent pas les résultats que nous souhaiterions. Par rapport à cela, il n’est pas utile de nous auto-flageller. Au contraire, pour amorcer un changement, il est recommandé de procéder par « petits pas » et de se donner des opportunités de réussite ! Imaginez des comportements que vous pourriez modifier ou mettre en place facilement pour votre bien-être avant de vous attaquer aux situations les plus stressantes, et reconnaissez vos victoires…

Se sentir frustré de ne pas réussir à changer une émotion, s’en vouloir de la ressentir lorsqu’on la ressent, c’est l’un des meilleurs moyens d’y rester accroché…

Quelques notes et réflexions pour prolonger cet article

La liste d’exemples est loin d’être complète, et elle est un peu simpliste : « il y a tellement plus à faire »

Il faut voir le but initial de l’article. Il s’agit d’un article (initialement formaté pour notre périodique trimestriel) de vulgarisation destiné à un public généraliste. De ce fait, les exemples doivent être simples et sans équivoque. De plus, nul n’écrit que ces exemples représentent une liste exhaustive des stratégies, au contraire. Nous n’avons pas présenté des « stratégies complexes », plus élaborées (et généralement mixtes), par souci de clarté.

Aussi, cet article s’inscrit explicitement dans un paradigme cognitivo-comportementaliste. Celui-ci a aussi fait ses preuves, et en même temps nous ne prétendons pas qu’il s’agit du seul paradigme d’appréhension des émotions, loin de là. C’est un angle particulier, parmi d’autres approches.

L’article entretiendrait une opposition entre corps et mental

Au contraire, nous pensons qu’il s’agit d’une distinction poreuse et qu’il n’existe pas de stratégie « purement motrice » versus des stratégies « purement cognitives ». C’est même métaphysique comme question, et en philo, en effet, on remet fort en cause une frontière nette entre le corps et l’esprit : il s’agirait plutôt d’un continuum. 

En aucun cas, il n’est question d’opposer les deux dimensions (même dans le paragraphe « le corps ou le mental », dans lequel on peut lire le « ou » comme étant inclusif). Au contraire, l’article titre « comment le corps peut-il aider le mental, comment le mental peut-il aider le corps » ? Il n’est nullement question de catégories fermées.

Aussi, l’article avait pour prétention de dépasser certaines oppositions que l’on entend encore régulièrement comme quoi il faudrait nécessairement « lâcher le mental », par exemple, pour mieux gérer ses émotions (ce n’est pertinent en réalité que si une approche « mentalisante » ferme justement la porte à d’autres modes de gestion qui pourraient s’avérer plus efficaces). Un objectif de l’article (ou d’une telle catégorisation en formation) est plutôt de mettre en évidence des « angles morts » dans les choix de stratégies de gestion des émotions des individus, non de ranger des tactiques dans des cases hermétiques et exclusives. En bref, la distinction corps-mental est à considérer comme une balise/un repère et non comme une opposition. Notons toutefois que certains paradigmes défendent une intrication qui suppose de se passer de cette distinction.

Pour ces raisons, nous soulignons encore que cet article ne saurait être pas représentatif à lui seul du panel d’outils, de méthodes et de paradigmes sur lesquels nous nous basons pour aborder les émotions et la communication.

News Septembre 2020 – Bonne rentrée à toutes et tous !

Communiqué : Vers la résilience et des actions (encore plus) durables

Attentifs au bien-être de nos sympathisants et à celui des membres du personnel, et à la suite des directives relatives au coronavirus, nous avons récemment décidé de reporter un certain nombre de nos activités programmées. Désormais, nous sommes heureux de vous communiquer que la vie reprend, et de plus belle !

Nos formations reprendront dans les normes actualisées du Conseil de sécurité.

> Lire le communiqué complet !

Découvrez notre site Internet tout neuf !

 

Découvrez notre offre de formations 2020-2021 !

Découvrez nos formations (re)programmées en 2020-2021 : Catalogue de formations 2020-2021 !

Dans ce catalogue, vous verrez notamment les 3 formations longues (Brevets et Certificats) suivantes :

Dans ce catalogue, découvrez notamment de nouvelles formations de courte durée, par exemple :

    • Tuteur de résilience auprès des jeunes
    • L’intelligence émotionnelle guidée par
      les chevaux
    • Encore plus loin dans la Communication
      NonViolente
    • Du paraître à l’être
    • Webinaire KiVa UP

Des vidéos en confinement !

Durant le confinement, nous avons tâché d’entretenir au maximum le lien avec vous toutes et tous. Pour ce faire, nous avons notamment partagé de courtes capsules vidéo sur notre page Facebook et notre chaine Youtube !

Celles-ci sont toujours disponibles gratuitement en ligne !

Entre autres sujets abordés : l’écoute active, le changement dans nos relations d’un point de vue systémique, l’affirmation de soi, la différence entre les faits et les jugements, ou encore des techniques pour réguler nos émotions et des pratiques de méditation guidées !

Retrouvez nos vidéos sur Facebook

Découvrez également notre chaine Youtube

N’oubliez pas de vous abonner, de partager nos contenus à vos contacts et n’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires et remarques à leurs sujets !

 

Le saviez-vous ? Vos dons sont fiscalement déductibles…

… et la déductibilité passe à 60% !

Pour tout don annuel de 40 € ou plus, versé en une ou plusieurs fois, vous pouvez bénéficier d’une déduction fiscale. Celle-ci est désormais de 60%.

> Plus d’informations

Pour faire un don à l’Université de Paix et ainsi soutenir nos activités et nos programmes éducatifs, vous pouvez simplement verser le montant souhaité sur notre compte, en indiquant qu’il s’agit d’un don dans la communication : BE73 0010 4197 0360. Si le cumul annuel de vos dons atteint 40 euros ou plus, nous vous envoyons une attestation fiscale.

Graines de médiateurs… en maternelles !

Nous vous l’annoncions ! L’ouvrage Graines de médiateurs en maternelles est bouclé ! Il est possible de l’obtenir en précommande par mail à l’Université de Paix à info@universitedepaix.be !

Le trimestriel #151 est disponible en téléchargement gratuit !

(Re)découvrez le trimestriel #151

Ce périodique de l’Université de Paix propose des réflexions, des informations et articles de fond, des outils pédagogiques et des formations sur la gestion constructive des conflits, tant de la vie quotidienne qu’au travail ou dans des groupes spécifiques.

Des ressources à partager !

Consultez le site www.universitedepaix.org ou rejoignez-nous en vous abonnant sur Facebook et Youtube !

>> Cliquez ici pour découvrir nos ressources et articles de fond <<

Résilience, soin de soi, des autres et du monde

Pour beaucoup d’entre nous, l’épidémie a engendré une période difficile. En même temps, des initiatives ont surgi çà-et-là, témoignant d’élans de créativité, d’optimisme et de solidarité.

A l’Université de Paix, nous voyons le conflit à la fois comme un danger et comme une opportunité. Il ne s’agit pas de nier les drames que l’Humanité est en train de traverser (dérèglement climatique, conflits armés, famine, maladies, isolement…), ni de fermer les yeux sur certaines façons tragiques d’y faire face. Toutefois, nous pouvons aussi observer les facultés de résilience des individus réunis en collectivité dans ce contexte… Des changements radicaux peuvent être mis en place, rapidement. Une réorganisation de la vie en communauté est possible.

Attentifs au bien-être de nos sympathisants et à celui des membres du personnel, et à la suite des directives relatives au coronavirus, nous avons récemment décidé de reporter un certain nombre de nos activités programmées. Désormais, nous sommes heureux de vous communiquer que la vie reprend, et de plus belle !

En espérant vous revoir ou vous rencontrer très bientôt, nous vous souhaitons de (continuer à) prendre bien soin de vous et de vos proches…

Conditions préférentielles, tarifs réduits !

Plusieurs de nos formations sont accessibles à des conditions préférentielles (prix réduit, gratuité…), grâce à nos partenaires : FORMAPEF, ONE, IFC

> Consultez les brochures (0-3 et 3-12) de l’ONE sur le site de l’ONE 

> Consultez le catalogue FORMAPEF de l’APEF

Des changements dans l’équipe !

Bienvenue à Maité Thomas et à Thibault Mathieu, respectivement bénévole et chargé de communication à l’Université de Paix !

L’UCLouvain et L’UP recrutent une chercheuse / un chercheur !

L’UCLouvain et l’Université de Paix asbl recrutent un chercheur ou une chercheuse mi-temps ou temps plein (selon profil) pour l’évaluation d’un programme de prévention du harcèlement à l’école primaire.

> Lire l’offre d’emploi

Rendez-vous sur www.universitedepaix.be

pour découvrir toute l’actualité : événements, formations, publications, ouvrages pédagogiques … et pour faire le plein de ressources en gestion des conflits !

Vos

Des nouvelles et nouveautés du mois d’août !

Communiqué : Vers la résilience et des actions (encore plus) durables

Attentifs au bien-être de nos sympathisants et à celui des membres du personnel, et à la suite des directives relatives au coronavirus, nous avons récemment décidé de reporter un certain nombre de nos activités programmées. Désormais, nous sommes heureux de vous communiquer que la vie reprend, et de plus belle !

Nos formations reprendront dans les normes actualisées du Conseil de sécurité.

> Lire le communiqué complet !

Découvrez notre site Internet tout neuf !

 

Découvrez notre offre de formations 2020-2021 !

Découvrez nos formations (re)programmées en 2020-2021 : Catalogue de formations 2020-2021 !

Dans ce catalogue, vous verrez notamment les 3 formations longues (Brevets et Certificats) suivantes :

Dans ce catalogue, découvrez notamment de nouvelles formations de courte durée, par exemple :

    • Tuteur de résilience auprès des jeunes
    • L’intelligence émotionnelle guidée par
      les chevaux
    • Encore plus loin dans la Communication
      NonViolente
    • Du paraître à l’être
    • Webinaire KiVa UP

Des vidéos en confinement !

Durant le confinement, nous avons tâché d’entretenir au maximum le lien avec vous toutes et tous. Pour ce faire, nous avons notamment partagé de courtes capsules vidéo sur notre page Facebook et notre chaine Youtube !

Celles-ci sont toujours disponibles gratuitement en ligne !

Entre autres sujets abordés : l’écoute active, le changement dans nos relations d’un point de vue systémique, l’affirmation de soi, la différence entre les faits et les jugements, ou encore des techniques pour réguler nos émotions et des pratiques de méditation guidées !

Retrouvez nos vidéos sur Facebook

Découvrez également notre chaine Youtube

N’oubliez pas de vous abonner, de partager nos contenus à vos contacts et n’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires et remarques à leurs sujets !

 

Le saviez-vous ? Vos dons sont fiscalement déductibles…

… et la déductibilité passe à 60% !

Pour tout don annuel de 40 € ou plus, versé en une ou plusieurs fois, vous pouvez bénéficier d’une déduction fiscale. Celle-ci est désormais de 60%.

> Plus d’informations

Pour faire un don à l’Université de Paix et ainsi soutenir nos activités et nos programmes éducatifs, vous pouvez simplement verser le montant souhaité sur notre compte, en indiquant qu’il s’agit d’un don dans la communication : BE73 0010 4197 0360. Si le cumul annuel de vos dons atteint 40 euros ou plus, nous vous envoyons une attestation fiscale.

Graines de médiateurs… en maternelles !

Nous vous l’annoncions ! L’ouvrage Graines de médiateurs en maternelles est bouclé ! Il est possible de l’obtenir en précommande par mail à l’Université de Paix à info@universitedepaix.be !

Le trimestriel #150 est disponible en téléchargement gratuit !

(Re)découvrez le trimestriel #150, édité pendant le confinement ! 

Ce périodique de l’Université de Paix propose des réflexions, des informations et articles de fond, des outils pédagogiques et des formations sur la gestion constructive des conflits, tant de la vie quotidienne qu’au travail ou dans des groupes spécifiques.

Edito : 

« Dans la richesse, l’humanité se déchire.

Dans la misère, elle se serre les coudes »

(Gilbert Choulet)

 

Des ressources à partager !

Consultez le site www.universitedepaix.org ou rejoignez-nous en vous abonnant sur Facebook et Youtube !

>> Cliquez ici pour découvrir nos ressources et articles de fond <<

Résilience, soin de soi, des autres et du monde

Pour beaucoup d’entre nous, l’épidémie a engendré une période difficile. En même temps, des initiatives ont surgi çà-et-là, témoignant d’élans de créativité, d’optimisme et de solidarité.

A l’Université de Paix, nous voyons le conflit à la fois comme un danger et comme une opportunité. Il ne s’agit pas de nier les drames que l’Humanité est en train de traverser (dérèglement climatique, conflits armés, famine, maladies, isolement…), ni de fermer les yeux sur certaines façons tragiques d’y faire face. Toutefois, nous pouvons aussi observer les facultés de résilience des individus réunis en collectivité dans ce contexte… Des changements radicaux peuvent être mis en place, rapidement. Une réorganisation de la vie en communauté est possible.

Attentifs au bien-être de nos sympathisants et à celui des membres du personnel, et à la suite des directives relatives au coronavirus, nous avons récemment décidé de reporter un certain nombre de nos activités programmées. Désormais, nous sommes heureux de vous communiquer que la vie reprend, et de plus belle !

En espérant vous revoir ou vous rencontrer très bientôt, nous vous souhaitons de (continuer à) prendre bien soin de vous et de vos proches…

Conditions préférentielles, tarifs réduits !

Plusieurs de nos formations sont accessibles à des conditions préférentielles (prix réduit, gratuité…), grâce à nos partenaires : FORMAPEF, ONE, IFC

> Consultez les brochures (0-3 et 3-12) de l’ONE sur le site de l’ONE 

> Consultez le catalogue FORMAPEF de l’APEF

Des changements dans l’équipe !

Chantal, Gilles, Patricia et Claire, nous vous disons MERCI !

Nous remercions chaleureusement Chantal Denis, Gilles Fossion, Patricia Maricq et Claire Struelens, pour leur carrière respective de secrétaire, formateur, comptable et formatrice à l’Université de Paix !

Pendant des dizaines d’années (plus d’un siècle, lorsqu’on cumule les décennies prestées par chacune et chacun d’entre eux !), Chantal, Gilles, Patricia et Claire ont contribué à faire de l’asbl ce qu’elle est aujourd’hui, en y apportant leurs compétences, leurs individualités et leurs personnalités ! Nous souhaitons une excellente retraite bien méritée à Chantal, Patricia et Claire, et une bonne continuation à Gilles dans son nouveau défi professionnel ! Au plaisir de vous recroiser !

Bienvenue à Frédérique et à Jean-Pierre !

Nous n’avions pas pris l’occasion de vous le communiquer dans le trimestriel précédent : Frédérique Charlier est venue renforcer le pôle communication, en qualité de chargée de relations publiques ! Elle a très rapidement pris ses marques dans l’équipe et nous permet de tisser de nouveaux partenariats et de recueillir de nouveaux soutiens afin de faire rayonner encore plus les activités de l’Université de Paix !

Depuis quelques semaines, dans des circonstances inédites, Jean-Pierre Bayot nous a également rejoints et est chargé de la comptabilité de l’Université de Paix ! Il a déjà pu se plonger dans les chiffres et la structure des bilans et des comptes, et s’assure du bon suivi financier de l’institution ! Grâce à lui, dans la continuité de Patricia, nous sommes assurés de garder un fonctionnement sain et transparent !

Merci également à Anaël !

Anaël Lecocq a fait partie de notre Conseil d’administration pendant plusieurs années ! Lors de la précédente Assemblée générale, il a présenté sa démission afin de se recentrer sur ses autres occupations sur les plans professionnel et privé (notamment sa récente paternité, que nous vous annoncions avec joie dans un précédent numéro de la revue). Nous le remercions pour son regard bienveillant, humble et lucide concernant la gestion de l’institution !

L’UP recrute un.e chargé.e de communication !

Afin de renforcer son pôle communication, l’Université de Paix recrute un.e chargé.e de communication à mi-temps, perspective temps plein. Entrée en fonction le 1er septembre 2020.

> Lire l’offre d’emploi

L’UCLouvain et L’UP recrutent une chercheuse / un chercheur !

L’UCLouvain et l’Université de Paix asbl recrutent un chercheur ou une chercheuse mi-temps ou temps plein (selon profil) pour l’évaluation d’un programme de prévention du harcèlement à l’école primaire.

> Lire l’offre d’emploi

Rendez-vous sur www.universitedepaix.be

pour découvrir toute l’actualité : événements, formations, publications, ouvrages pédagogiques … et pour faire le plein de ressources en gestion des conflits !

Vos

L’UCLouvain et l’Université de Paix recrutent une chercheuse / un chercheur !

L’UCLouvain et l’Université de Paix asbl recrutent un chercheur ou une chercheuse mi-temps ou temps plein (selon profil) pour l’évaluation d’un programme de prévention du harcèlement à l’école primaire.

Durée du projet : 2 ans renouvelable une fois, à partir du 1er octobre 2020.

Il s’agit de réaliser une évaluation de la mise en œuvre et des effets d’un dispositif de lutte contre le harcèlement dans les écoles primaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce dispositif s’appuie sur le programme KiVa, développé en Finlande et qui a déjà fait l’objet d’évaluations positives dans plusieurs pays européens. Le dispositif sera proposé aux écoles par l’asbl Université de paix. Le projet implique une collaboration étroite avec les membres de l’Université de paix impliqué dans le dispositif.

Ce projet de recherche combine des méthodes et des outils qualitatifs (observation-participante, groupes de parole…) et quantitatifs (questionnaires, analyse statistique…). Il requière aussi des tâches de rédaction, tant sous forme de supports à la diffusion du projet que sous forme de publications scientifiques.

Pour les candidats titulaires d’un master, le projet comprend la réalisation d’une thèse de doctorat.

A l’UCLouvain, la personne recrutée travaillera au sein du GIRSEF, sous la supervision du Prof. Benoit Galand. A ce titre, elle bénéficiera de soutien concernant les méthodes de recueil d’information, les analyses statistiques, l’usage de l’anglais, la communication scientifique, etc.

Qualifications requises :

  • Etre titulaire d’un master ou d’un doctorat en psychologie ou en sciences de l’éducation.
  • Disposer d’un permis de conduire.
  • De bonnes compétences en rédaction.
  • Une bonne aptitude à travailler en collaboration dans une équipe pluridisciplinaire.
  • Une certaine maîtrise d’outils d’analyse statistique.
  • Une connaissance passive de l’anglais écrit et oral, de manière à pouvoir collaborer avec les partenaires flamands et finlandais du projet. Une connaissance active de l’anglais est un atout.
  • Une expérience en animation et/ou en formation est un atout.

Pour postuler, merci d’envoyer votre lettre de motivation accompagnée d’un CV complet ainsi que d’un chapitre du mémoire ou d’une publication à benoit.galand@uclouvain.be pour le 10 septembre 2020 à 12h au plus tard. Pour les candidats sélectionnés, les entretiens se dérouleront la semaine du 14 au 18 septembre.

Pour plus de renseignement :

Des nouveautés et davantage de durabilité !

2020 est une année spéciale pour l’Université de Paix, non seulement en raison de l’épidémie de Covid-19, mais aussi parce qu’il s’agit de renouveler sa reconnaissance en tant qu’Organisation de Jeunesse (OJ).

Tous les quatre ans, les OJ sont mises à l’épreuve. Elles doivent rentrer un plan quadriennal dans lequel elles exposent leurs résultats obtenus et leurs projets à venir, dans le but d’obtenir le renouvellement de leur reconnaissance par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans ce cadre, nous avons mis l’accent sur notre travail pour développer durablement des effets positifs dans la société.

Depuis des années, nous construisons en effet des programmes éducatifs et des formations longues afin que nos interventions « fassent tache d’huile » et se déploient massivement dans les mondes scolaire, associatif, professionnel et dans la société civile.

Nous avons par exemple développé le programme Graines de médiateurs en primaire, puis l’avons récemment étendu en maternelle. Un manuel pour apprendre les bases de la gestion des conflits et des émotions aux tout-petits est à paraître pour septembre 2020 !

Dès la rentrée scolaire 2020, l’Université de Paix déploiera aussi le programme Finlandais de lutte contre le harcèlement scolaire KiVa – adapté à la réalité belge sous le nom de KiVa UP – dans plusieurs écoles primaires ! Dans ce cadre, nous avons tissé de nouveaux partenariats et obtenu de nouveaux soutiens, desquels nous vous informerons très bientôt !

En secondaire, différents programmes éducatifs ont également vu le jour ces dernières années. Ces programmes visent à améliorer le climat relationnel à l’école et/ou à prévenir et à lutter contre le harcèlement scolaire. L’équipe « Ados » de l’Université de Paix travaille sans cesse à l’amélioration de ces programmes et a développé des supports de communication permettant de renforcer la cohésion autour de ceux-ci.

Plusieurs Brevets et Certificats de l’Université de Paix reprennent dès septembre-octobre 2020 ! Le but de ces formations vise à former les participants en profondeur, avec un suivi particulier. Nos modules de formation courts sont quant à eux toujours au programme, proposant d’une part les « bases » de la gestion de conflits, mais aussi les toutes dernières tendances et approches que nous avons investiguées !

Enfin, nous continuons à mettre l’accent sur la démocratisation et la mise à disposition des savoirs ! Pour ce faire, nous renforçons notre communication avec un plan de communication solide dès la rentrée ! Pour la fin du mois de juillet, un tout nouveau site web sera rendu public. Une phase de recrutement d’un.e chargé.e de communication est en cours, pour une entrée en fonction en septembre 2020 !

Découvrez notre rapport annuel spécial 2019 !

(Re)découvrez le trimestriel #150, édité pendant le confinement !

En espérant vous revoir ou vous rencontrer très bientôt, nous vous souhaitons de (continuer à) prendre bien soin de vous et de vos proches…

Des leçons et des formations adaptées !

Durant le confinement, un Groupe de travail s’est réuni afin de prendre une distance critique avec les événements et définir les leçons que l’Université de Paix pouvait retirer de cette épreuve.

Avec l’aide du psychopédagogue de l’ULg Daniel Faulx, les formatrices et formateurs de l’Université de Paix ont également réfléchi aux forces et aux limites des dispositifs de formation à distance, et aux opportunités que ceux-ci représentent.

Parmi d’autres exemples d’actions organisées : des intervisions (échanges de pratiques et de contenus) entre médiateurs, des sessions de méditation par la pleine conscience, des capsules vidéo explicatives de techniques pour mieux gérer les conflits, un suivi des cellules d’écoute dans des écoles…

Les membres de l’équipe pédagogique de l’Université de Paix remettent en effet leurs savoirs et leurs pratiques en question et en perspective, dans le but de s’améliorer constamment. Dès la rentrée 2020, nous vous proposons des contenus et des activités émanant directement de ces réflexions !

Dans notre catalogue, découvrez notamment de nouvelles formations de courte durée, par exemple :

  • Tuteur de résilience auprès des jeunes
  • L’intelligence émotionnelle guidée par les chevaux
  • Encore plus loin dans la Communication NonViolente
  • Du paraître à l’être
  • Webinaire KiVa UP

Communiqué de l’Université de Paix asbl

Vers la résilience et des actions (encore plus) durables !

Pour beaucoup d’entre nous, l’épidémie a engendré une période difficile. En même temps, des initiatives ont surgi çà-et-là, témoignant d’élans de créativité, d’optimisme et de solidarité.

A l’Université de Paix, nous voyons le conflit à la fois comme un danger et comme une opportunité. Il ne s’agit pas de nier les drames que l’Humanité est en train de traverser (dérèglement climatique, conflits armés, famine, maladies, isolement…), ni de fermer les yeux sur certaines façons tragiques d’y faire face. Toutefois, nous pouvons aussi observer les facultés de résilience des individus réunis en collectivité dans ce contexte… Des changements radicaux peuvent être mis en place, rapidement. Une réorganisation de la vie en communauté est possible.

Attentifs au bien-être de nos sympathisants et à celui des membres du personnel, et à la suite des directives relatives au coronavirus, nous avons récemment décidé de reporter un certain nombre de nos activités programmées. Désormais, nous sommes heureux de vous communiquer que la vie reprend, et de plus belle !

En espérant vous revoir ou vous rencontrer très bientôt, nous vous souhaitons de (continuer à) prendre bien soin de vous et de vos proches…

Nos formations reprendront dans les normes actualisées du Conseil de sécurité.