conflits à l’école

Retours de formation à la gestion de conflits en classe

Lorsque je me suis rendu à la présentation des différents modules de l’année, la formation sur la gestion de conflits a, de suite, attiré toute mon attention. Le formateur parlait alors d’approcher, via des exemples concrets, la relation à adopter avec les jeunes en cas de conflits, comment gérer ses émotions, comment se faire respecter ou faire en sorte que les règles soient comprises et appliquées par chacun, etc. Tout cela m’intéressait fortement. Lors de mes stages, j’avais parfois eu quelques soucis pour m’imposer et me faire respecter et, comme je me lançais dans le métier, cela me semblait donc être une formation qui s’imposait pour commencer.

Par Nicolas Waucomont, instituteur.

Je n’ai pas du tout été déçu des 6 séances auxquelles j’ai pris part. J’y ai rencontré d’autres professionnels, d’autres cadres et entendu des témoignages très enrichissants. De plus, ce qui ne gâtait rien, le formateur était vraiment bon. Gestion de conflits, c’était un peu mon petit plaisir du mercredi.

Lors de ce module, nous avons un peu touché à tout : l’écoute, la gestion de conflits, les attitudes à adopter, les règles et sanctions, les petits « trucs et astuces », etc. J’en ressors globalement grandi et équipé de nouveaux outils pour la vie de tous les jours comme pour mon métier d’instituteur.

Notre formateur avait aussi le chic pour nous proposer de petites activités pour nous mettre en situation, faire connaissance ou encore nous démontrer certaines choses : maison des interdits, tape-chaise, on/off, exercices de reformulation, etc. Certaines d’entre elles me seront certainement très utiles, que ce soit à l’école ou avec les jeunes dont je m’occupe chez les scouts.

Parmi les différents outils proposés, certains ont particulièrement retenu mon attention. C’est ce que je conserve dans un coin de ma tête, à disposition et prêts à l’emploi. En voici quelques exemples.

Lors d’une des deux premières séances, notre formateur nous a donné un petit « truc » en cas de conflit : « les 5 crocodiles ». Cela consiste simplement à compter dans sa tête jusqu’à 5 crocodiles avant de répondre à quelqu’un lors d’un conflit. Cela donne plus d’impact à notre réponse, plutôt que d’être dans la réactivité. J’essaye depuis lors de l’appliquer, même si je reconnais que j’ai encore trop souvent tendance à répondre trop vite.

Dès la première séance, on nous a proposé un cadre de vie régi par 5 règles : Stop, Message Je, Droit à la parole, Confidentialité et Évaluation permanente. Tout au long des 6 séances, ces règles ont été respectées et ont, à plusieurs reprises, prouvé leur utilité. Je compte bien faire miennes ces différentes règles quand j’aurais une classe bien à moi, ce qui n’est pas encore le cas pour le moment.

La « spirale » de la violence nous explique d’où nait l’acte violent. Nous en avons vu les différentes étapes ainsi que les différentes manières d’arrêter le cycle en mouvement, que ce soit en assouvissant les besoins, en adoptant une attitude d’écoute ou en appelant aux règles et sanctions. J’ai trouvé un petit moyen mnémotechnique pour me souvenir de ceci. Je pense simplement à la pub Snickers, qui, je trouve, illustre bien ce schéma !

Je connaissais déjà la Météo, ce petit rituel qui consiste à demander aux élèves comment ils se sentent, car nous l’appliquions de temps en temps à St-Roch. Néanmoins, la formation m’a permis de voir quels sont les différents intérêts de la manœuvre (prendre la température, repérer les menaces, permettre à chacun de s’exprimer et de se décentrer, etc.)

La formation m’a aussi ouvert les yeux sur les différents messages « risqués » : la solution, la diversion et le jugement. Il s’agit de faire attention à ce que l’on dit afin de ne pas brusquer l’autre. Puisqu’il faut au moins 15 minutes pour que l’émotion retombe, l’écoute active est souvent une bonne solution. De même, les jugements font parfois du bien, mais il faut faire attention. Les mots « toujours », « jamais » ou « trop », par exemple, sont à éviter lorsque l’autre est trop dans l’émotion. On préférera reformuler ce qu’a dit l’enfant et faire une hypothèse sur son état émotionnel, tout en prenant des précautions si on se trompe : « Donc, si je comprends bien, on t’a fait ça et tu te sens ainsi ? C’est bien ça ?». Je me suis d’ailleurs surpris à réutiliser cette tournure de phrase à plusieurs reprises, avec des enfants comme avec des amis.

Je garde aussi en tête les 6 C, c’est-à-dire les 6 « trucs » pour une bonne règle : celle-ci doit être Connue, Claire, Comprise, Constante (pas de favoritisme), Congruente (pareille avec tous les adultes) et Conséquente. Une bonne sanction doit avoir du sens, être en lien avec l’acte et, si possible, réparer les dommages causés. Elle doit provoquer suffisamment d’inconfort et rester situationnelle. Il faut aussi dissocier l’acte et la personne, même si ce n’est pas toujours facile, et surtout la sanction doit être suivie de communication.

Nous avons aussi abordé l’influence du non-verbal sur les réactions des autres, mais aussi pour décrypter l’état d’esprit de l’autre. Ainsi, les mouvements vers le haut sont associés à la joie et, à l’inverse, ceux vers le bas le sont à la tristesse. Il est aussi intéressant d’employer un certain mimétisme non-verbal, afin de faciliter le contact avec l’autre, pour qu’il s’identifie à nous.

J’ai eu l’occasion de mettre en application la méthode de résolution de conflits du SIREP, qui s’est très bien déroulée. Il s’agit d’un bon exemple de ce que je n’aurais pas su faire si je n’avais pas suivi la formation, car j’ai pu appliquer plusieurs notions. A l’école d’Andrimont, deux enfants se disputaient et en étaient venus aux mains dans la cour de récréation. Après les avoir séparés, j’ai rapidement été rechercher la fiche donnée en formation (deux jours auparavant !) pour suivre les différentes étapes. J’ai commencé par les calmer avec un petit exercice de respiration. Chacun à leur tour, les deux enfants concernés ont décrit les faits puis se sont exprimés concernant leurs sentiments et leur ressenti, puis leurs besoins. Lors de ces étapes, j’ai aussi appliqué la reformulation en suivant les conseils dont j’ai déjà parlé un peu plus haut.

A la base, les enfants avaient commencé la dispute parce qu’ils avaient des règles différentes concernant un jeu et l’étendue de la surface pour jouer. Nous sommes passés à la phase de recherche de solutions, pour laquelle j’ai bien spécifié qu’ils avaient carte blanche et qu’il n’y aurait pas de censure. Les enfants ont été très surpris que je leur demande à eux de choisir comment régler le problème. Un peu timides au départ, ils ont pourtant trouvé quelques solutions, comme délimiter le terrain à la craie, ou rédiger un référent pour ce jeu, qui serait affiché dans la cour, afin de s’y référer si quelqu’un contestait une règle.

Nous avons évalué les différentes propositions et opté ensemble pour l’une d’entre elles qui, en plus, était en accord avec la sanction habituelle de l’école en cas de bagarre (c’est-à-dire passer la récréation suivante à l’intérieur avec un travail). Ainsi, à la récréation suivante, les deux enfants ont travaillé ensemble pour rédiger les différentes règles de leur jeu, qui sont désormais affichées dans la cour.

Pendant tout le processus et par la suite, j’ai pu constater que la dispute entre les deux enfants s’était calmée assez vite. Ils ont collaboré sans protester alors qu’il s’agissait de deux enfants qui avaient très peu d’atomes crochus. En vue du résultat, je pense que la méthode SIREP a vraiment bien marché et je n’hésiterai pas à la réutiliser à l’avenir.

La grosse difficulté avec l’application de tous ces outils dans la vie de tous les jours, c’est encore ma situation actuelle. N’étant diplômé que depuis juin, je n’ai pas de classe à moi et n’ai fait que des intérims plus ou moins longs. Je donne actuellement religion à 8 classes différentes par semaine, et ce n’est donc pas tous les jours que je peux appliquer tout ce que le module de gestion de conflits m’a apporté. Cependant, je conserve le tout dans un coin de ma tête, prêt à utiliser mes nouveaux acquis dans de nouvelles situations. J’ai déjà eu l’occasion de les utiliser à quelques reprises et je suis, jusqu’à présent, très satisfait des résultats.

Gestion des relations critiques en classe

Gestion des relations critiques en classe  (incivilité, conflit, violence …)
Niveau initiation

Les 22 et 29 avril 2013 à l’Université de Paix asbl.

Public Cible : membres du personnel de l’enseignement secondaire ordinaire (conditions de l’Institut de la Formation en Cours de carrière – IFC).

Objectifs

  1. Analyser des cas de situation conflictuelle en milieu scolaire et en décoder les différentes dimensions ;
  2. Découvrir des outils de négociation et de gestion de conflit afin de pouvoir gérer au mieux des situations difficiles lorsqu’elles surviennent ;
  3. Découvrir les ressources et les services disponibles (notamment les dispositions légales et réglementaires).

Contenus

Deux jours pour découvrir les attitudes possibles en tant que tiers intervenant dans un conflit. S’exercer à la technique du SIREP (S = Stop. Marquer une pause et se calmer ; I = Identifier le problème ; R = Rechercher plein d’idées ; E = Evaluer les solutions ; P = Planifier et décider).

Méthodologie

Différents types d’actions complémentaires sont possibles :

  • au niveau de la compréhension et de l’analyse : nous partirons du vécu et des représentations des participants que nous mettrons en lien avec la théorie ;
  • au niveau des stratégies préventives et éléments de gestion : nous découvrirons et s’exercerons à la pratique de quelques outils.
  • au niveau des dispositions légales et des relais : nous élaborerons une cartographie des relais pouvant nous aider en situation de crise.

La formation partira de l’enseignant comme point de départ et lui permettra un prise de recul ; elle sera interactive et participative avec comme objectif complémentaire une co-construction de pistes concrètes.

  • Exercices en groupe et sous-groupes
  • Mises en situation
  • Apports théoriques sur base des connaissances intuitives du groupe et du vécu des participants dans les activités proposées

Dates (2 jours) : Lundi 22/04/2013 et lundi 29/04/2013, avec Almudena Vaquerizo Gilsanz & Gilles Fossion.

Lieu : Université de Paix – 4, Boulevard du Nord – 5000 Namur.

 

Cliquez ici pour vous inscrire à cette session, via l’IFC (code formation = 320071201).

 

En partenariat avec l’IFC (Institut de la Formation en Cours de Carrière). Infos auprès de l’IFC : 081 83 03 10.