décodage du non verbal

Pourquoi décoder le non verbal ?

« Ça va » est le mensonge le plus courant, explique Arnaud Blavier dans ses formations. Nous mentons en moyenne 2 à 3 fois sur 10 minutes, ajoute-t-il. L’importance de décoder le langage corporel de l’interlocuteur devient évidente : vérifier si ce qu’il dit est vrai, ou s’il cache une émotion, une pensée, un élan que son discours ne traduit pas.

Mais pourquoi ne pas se contenter des mots ? Parce que les mots sont plus facilement employés consciemment, alors que la communication non verbale est inconsciente, ou en tout cas difficile à contrôler consciemment (micro-expressions de moins d’une seconde, dilatation des pupilles, pigmentation de la peau, légers changements de posture, clignement des paupières…).

Le corps dit de nous ce que nous taisons : nos envies véritables, nos aspirations profondes, nos humeurs du moment, notre degré d’approbation avec ce qui est dit ou ce qui se passe. Le décodage corporel est fondamental si nous souhaitons nous connecter et communiquer à propos de notre animalité, qu’il nous arrive de refréner (à tort ou à raison) et que nous ignorons parfois en nous mentant à nous-mêmes.

La question de l’authenticité dans les relations est donc centrale dans la détection des émotions. Cette compétence fondamentale de l’intelligence émotionnelle permet de comprendre l’autre dans ce qu’il vit et souhaite, et par conséquent d’y réagir adéquatement. Ainsi je ne peux consoler et rassurer mon enfant que si je comprends qu’il est triste et qu’il a peur. Je peux orienter mon discours et mes actions en fonction de ce que j’analyse des objectifs de mon patron. Ou séduire un client pour conclure une vente. En cas de conflit, je peux aussi relever ce avec quoi l’autre est d’accord ou pas, pour imaginer des solutions adaptées. L’analyse du langage corporel et de la voix permet de déceler les premiers signes d’une agressivité croissante chez l’autre, de contre-manipuler si je ne le pense pas sincère, ou encore de dire non à ce qu’il sous-entend sans le dire clairement.

Prenons une illustration. Je reçois une amie à la maison. Durant la discussion, elle émet plusieurs signaux non verbaux, que je peux alors interpréter d’une certaine manière, en lien avec ce qui se passe. Afin de ne pas jouer les apprentis-sorciers et d’éviter les malentendus, il est essentiel de s’assurer avec la personne que ce que j’interprète correspond à ce qu’elle ressent.

Lorsqu’elle souffle plusieurs fois quand son téléphone sonne, je peux vérifier si elle est ennuyée de recevoir autant de textos, ou encore inquiétée par leur contenu.

Au moment où je lui propose de s’asseoir, elle jette un regard vers la terrasse. Je peux lui demander alors si elle préfère aller discuter là-bas, plutôt que dans le salon.

Il est également possible de vérifier auprès d’elle si elle est tracassée par quelque chose (elle regarde dans le vide), si quelque chose que j’ai dit l’a choquée (elle fronce brièvement les sourcils après quelque chose que je viens de dire), si c’est pour elle le moment d’aller dormir (elle bâille à répétition et s’avance de quelques pas vers l’intérieur de la maison), etc.

Même si je me trompe sur certaines hypothèses que je fais, même si je n’ai pas conscience de tout ce qui l’anime à tout moment, même si je choisis parfois de ne pas en tenir compte ou de taire ce que je pense, ces « moments miroir » font partie de ce qui rend une soirée agréable. L’attention aux signes non-verbaux me place dans une posture d’écoute, non seulement de ce qui est dit, mais aussi de ce qui ne l’est pas.

L’empathie est donc en jeu dans le décodage non verbal. Si je capte le ressenti de l’autre, je peux lui renvoyer ce que j’en ai compris. Ce retour peut passer soit par le corps (en me mettant en synchronisation ou mimétisme corporel et vocal avec lui), soit par l’écoute active de son émotion (« Tu es déçu par ce changement ? »). Cette reformulation physique et psychologique donne l’autorisation à l’interlocuteur de ressentir ce qu’il ressent, peut l’aider à exprimer et à décharger son émotion (par la reconnaissance qu’il en reçoit), et l’invite à trouver des solutions ou à verbaliser ce qu’il veut.

A travers l’observation de mes expressions faciales, de mes mimiques et de mes gestes, l’autre peut d’ailleurs comprendre des impulsions et des envies dont je n’ai pas conscience. Cela peut apporter des nuances et des compléments très utiles à la connaissance que j’ai de moi.

Pour terminer, accompagner l’écoute active d’une « posture en miroir » active les neurones miroirs, si précieux dans la consolidation des liens humains entre les mammifères supérieurs que, dans les moments de stress, nous pouvons parfois oublier que nous sommes…

Ecoute active et décodage du non verbal

Article rédigé par Cathy Van Dorslaer, initialement paru dans le trimestriel n°74, en 2001 (mis à jour en 2013).

Parmi les outils nécessaires à la gestion positive des conflits, nous distinguons l’écoute active. Comment décoder le message de mon interlocuteur ? Comment traduire en sentiments et en besoins les mots que j’entends ? Comment être sûr de ne pas trahir ce qui est dit ? L’écoute attentive et la reformulation aident à garantir le respect et la fidélité. Mais au-delà d’un travail au niveau du registre verbal, une exploration du non verbal permet d’être en empathie avec l’autre, de rencontrer son moi profond.

En effet, les paroles traduisent l’intellect et la volonté consciente, tandis que le non verbal transmet les émotions et les affects inconscients. Comme la pensée, le corps est le messager des informations transmises par le cerveau. Le corps peut être un véritable lexique pour qui veut et sait observer son alter ego.

La communication entre deux êtres sera donc d’autant plus harmonieuse et constructive que, de part et d’autre, il y aura la volonté d’explorer, de décoder, puis de confronter les deux discours simultanés : le non verbal et le verbal.

Plusieurs objectifs peuvent être fixés pour développer ses compétences relationnelles en lien avec la communication non verbale :

  • découvrir et rendre conscience de la dimension non verbale de la communication,
  • comprendre les enjeux du non verbal dans la communication,
  • balayer les diverses facettes de ce niveau relationnel fondamental.

Nous sommes tous relativement sensibles au non verbal. Nous remarquons, à l’occasion, une attitude ou un geste particuliers (un sourire, un froncement de sourcils) auxquels nous réagissons automatiquement (sentiment de bien-être, inquiétude).

Il nous arrive cependant de ressentir face à autrui des émotions que nous ne pouvons clairement expliquer. Nous disons «Untel me met mal à l’aise, je ne sais trop pourquoi.», ou «Elle avait un comportement bien étrange hier soir.», ou «Je me sens vraiment bien avec eux.». Et nous en restons bien souvent à ce simple constat. Mais si l’on veut connaître les raisons de ces impressions, il faut alors adopter une nouvelle façon de regarder qui permette de comprendre ce qui se dissimule derrière le vernis des rencontres et des attitudes.

Plusieurs courants permettent de mieux comprendre le langage non verbal

Au travers de ses ouvrages, Desmond Morris, éthologue américain, propose un décodage du non verbal en amenant à comprendre un certain nombre de concepts simples : quelles catégories d’actions existent, comment les actions deviennent gestes et comment ces gestes transmettent des messages. Selon cet auteur, bien que notre espèce soit technologiquement avancée et d’un haut niveau intellectuel, elle n’a pas pour autant abandonné ses qualités physiques animales.

Depuis que l’être humain se tient sur ses deux jambes et a transformé ses membres antérieurs en deux mains délicates, il gesticule abondamment. Ses pattes jadis pataudes sont devenues de nouveaux outils de communication. Soutenues par le visage le plus expressif du règne animal, ces mains étonnantes ont élaboré un formidable répertoire de signaux physiques complexes. L’animal humain est en général inconscient de ses gestes, de ses mimiques, de ses postures, de ses actions, ce qui les rend plus révélatrices encore. Il se concentre tant sur le verbe qu’il oublie que ses mouvements, attitudes et expressions racontent leur propre histoire… et c’est avec la même inconscience que son partenaire repère, interprète et réagit.

En fonction de ces constats, et de manière générale, l’éthologie « peut s’apparenter à la biologie du comportement et surtout à la biologie de l’interaction intraspécifique » (cf. Wikipédia – la communication animale) et permet parfois de faire des liens avec les interactions entre êtres humains. En Belgique, le psychologue René Zayan utilise régulièrement des références à l’éthologie pour décrypter les messages politiques (cf. le documentaire « Coupez le son ! Le charisme politique »).

De nombreux auteurs, tels que Paul Ekman, ont analysé les mimiques et expressions typiques de l’être humain, jusqu’à les disséquer en micro-expressions. Celles-ci permettent d’affiner ces considérations et notre compréhension du non verbal.

Une autre lecture du non verbal est amenée par E. T. Hall qui analyse le comportement de l’homme (et de l’animal) au travers de sa façon d’investir un territoire et d’aller à la rencontre de l’autre (cf. notamment la notion de proxémie). Chacun, en fonction de sa culture, de son histoire, définit une distance intime, une distance personnelle, une distance sociale et une distance publique. Ces distances varient de l’un à l’autre et les transgresser provoquent des réactions d’agression ou de fuite, discrètes ou prononcées. En prendre conscience, au travers du langage non verbal de son interlocuteur, et surtout en tenir compte est un outil fort utile pour établir une communication respectueuse.

Enfin, la P.N.L. est un outil intéressant de décodage du non verbal, généralement appuyés par d’autres thèses plus scientifiques (nous nous inspirons de ces outils avec esprit critique). Divers indices physiques permettent de situer dans quel registre fonctionne la personne qui s’exprime : visuel, auditif, kinesthésique, olfactif ou gustatif. Il s’agit dès lors, pour favoriser l’empathie avec elle, de se synchroniser sur le canal identifié, en utilisant les registres non verbal et verbal…