théorie de l’attachement

La théorie de l’attachement

Sommes-nous tous égaux face au conflit ? Qu’en dit la théorie de l’attachement ?

Un article rédigé par Marie-Noëlle de Theux-Heymans, Psychopédagogue, Formatrice d’adultes formée à la théorie de l’attachement, initialement publié en 2011, dans notre trimestriel.

Dernièrement, j’ai eu l’occasion d’observer une classe d’enfants de maternelle durant leur récréation. Un enfant, que nous appellerons Paul, utilisait le petit vélo convoité de tous et était bien décidé à le garder durant toute la récré. Mon attention a été attirée par la diversité des réactions des autres enfants qui souhaitaient également utiliser le vélo. Marie attrape le guidon, pousse Paul. Paul la repousse; Marie ne lâche pas prise. L’institutrice arrête les enfants en leur signalant ces comportements trop violents. Un peu plus tard, Aloys qui observe Paul depuis un bout de temps, profite d’un arrêt de celui-ci pour lui demander le vélo, et s’efface après le refus de Paul. A la fin de la récré, un autre enfant fait un croche pied à Paul et lui dit : « Je m’en fous de ton vélo, tu le gardes tout le temps pour toi. Tant pis, je m’en fous à fond ! »

Qu’il s’agisse de Paul, Marie, Chloé ou Aloys, ces enfants vivaient le même désaccord : utiliser le vélo. Et pourtant, ils ont abordé cette situation de manière bien différente. Plus largement, il nous arrive de repérer dans les groupes d’enfants (et de plus grands…) des personnes qui ont l’art de gérer les situations conflictuelles en souplesse et d’autres qui « entrent » en bagarre ouverte; ou encore d’autres qui s’effacent… Certaines personnes auraient-elles davantage de ressources pour gérer positivement un conflit ? Comment favoriser ces ressources auprès des enfants que nous côtoyons en tant que parent, éducateur, enseignant,…

Une lecture de la situation via la théorie de l’attachement

>  La recherche de sécurité avant tout

Parler d’attachement dans la théorie de l’attachement renvoie à une notion un peu différente du langage courant. Nous dirons d’un enfant qu’il est attaché de manière sécure lorsque, en cas de détresse, il se tourne spécifiquement vers la personne qui s’occupe le plus de lui : il recherche sa proximité afin d’être apaisé et rassuré (Bowlby, 1996). Ainsi, l’attachement est un lien affectif très particulier durable, non interchangeable et unique entre deux personnes (Ainsworth, Blehar, Waters & Wall, 1978). Pour illustrer ce propos, pensons au premier réflexe d’un enfant lorsqu’il a peur ou lorsqu’il se fait mal.

>  Rechercher la sécurité pour survivre

Le nourrisson naît immature à la naissance. Des soins attentifs d’un adulte bienveillant sont indispensables à sa survie. La protection et la sécurité constituent un besoin fondamental du nourrisson. Ce dernier est heureusement doté de tout un « équipement » (pleurs, cris, mimiques) qui lui permet d’appeler à l’aide lorsqu’il ressent un malaise, encourageant l’adulte à se rapprocher de lui (Bowlby, 1996). Toute physique au départ, cette recherche de proximité évoluera vers une recherche de disponibilité de l’adulte qui s’occupe le plus de lui créant ainsi les fondements du sentiment de sécurité intérieure.

>  Se construire une image du monde et de soi-même

Lorsqu’il vit un stress, il active son « programme » d’appel. Dans le meilleur des cas, un adulte s’approche de lui et l’apaise. Jour après jour, il enregistre ces expériences de stress et d’apaisement. Il repère qu’un adulte particulier s’occupe plus souvent de lui : il dirige alors sélectivement ses comportements d’attachement vers sa figure d’attachement. Intériorisant le cycle d’éveil et de détente, il intègre la notion de « sécurité ressentie », prémisses des capacités de régulation des émotions et comportements (Bowlby, 2011; Schoffield & Beek, 2006).

Peu à peu, il se forge représentations et croyances à propos de lui-même et des autres (Lemieux, 2004) :

  • Je suis important.
  • Les adultes sont dignes de confiance.
  • L’univers est « cool », sécuritaire et intéressant à explorer.
  • Se montrer « faible » ou malade ou vulnérable n’est pas dangereux.

Les représentations d’attachement présenteront des différences individuelles en fonction de la qualité du mode d’appel de l’enfant et du mode de réponse de cet adulte préférentiel.

>  Se sentir en sécurité pour explorer, risquer, oser

L’enfant est également doté d’un système qui le pousse à découvrir son environnement et à se tourner vers les inconnus, le système exploratoire. Ce dernier s’active lorsque l’enfant se sent en sécurité et s’éteint lorsqu’il se sent effrayé ou en détresse. Le système d’attachement et le système exploratoire sont antagonistes. L’enfant, qui aura intégré qu’il peut venir se réconforter chez sa figure d’attachement en cas de détresse, pourra se fier à ses parents comme une base de sécurité dont il part pour explorer le monde et comme un refuge qui lui procure réconfort et sécurité lorsqu’il est en détresse (Ainstworth et al., 1978, Bowlby, 2011).

> Voir aussi : le cercle de la sécurité (Marvin, Cooper, Hoffman, & Powell, 2002)

Il a été observé que la qualité de l’attachement a un impact sur le développement de l’enfant dans la mesure où les représentations d’attachement vont servir de filtres à travers lesquels l’individu interprète les nouvelles expériences (Bowlby, 1996). Les enfants sécures gèrent les situations de manière plus autonome, sont plus compétents au niveau socio-relationnel (Weinfeld, Sroufe, Egeland & Carlson, 2008). La sécurité de l’attachement pendant la petite enfance constitue un facteur protecteur important pour l’individu qui est plus à même de fonctionner adéquatement, même dans l’adversité (Miljkovitch, 2009).

S’agirait-il d’une fatalité ?

Ou, pour paraphraser certains best-sellers, qui ont marqué les esprits : tout se jouerait-il avant un an ?

Non, heureusement non ! Bowlby (2011) insiste pour dire que l’attachement se construit durant toute la vie. Les croyances peuvent évoluer, se modifier en fonction des expériences vécues par l’enfant. Pour l’adulte de référence de l’enfant, il s’agira de chercher à être une base de sécurité pour l’enfant.

Retour dans la cour de récréation

Pour l’enfant qui cherche à obtenir le vélo de Paul, oser dire son désaccord, traverser les émotions inhérentes à la situation de conflit, se sentir capable d’obtenir le vélo, nécessite d’avoir expérimenté que cela est possible avec un minimum de sécurité; qu’il a des ressources pour gérer des situations de stress et qu’il est entendu en situation de difficulté.

Pour le parent, l’enseignant, l’éducateur, soutenir la capacité des enfants à gérer positivement des conflits consisterait alors à leur offrir des situations où ils expérimentent cela. Comment fournir cette base de sécurité à l’enfant ? Quelles sont les clés qui aideront l’adulte à montrer la sensibilité nécessaire à l’enfant ? Quelles grilles d’observation pour comprendre le besoin spécifique de sécurité de l’enfant ?

Vivre un conflit peut représenter un stress. En construisant avec l’enfant la confiance dans la disponibilité d’une base de sécurité, l’adulte lui offre aussi la possibilité d’explorer de nouveaux modes de gestion de ses conflits. En ce sens, la théorie de l’attachement offre une grille de compréhension de l’enfant particulièrement éclairante.

Pour aller plus loin…

  • Bowlby, J. (1954). Soins maternels et santé mentale, Cahiers de l’O.M.S., Genève.
  • Bowlby, J. (2011). Le lien, la psychanalyse et l’art d’être parent (Wiart Yvane, Trad.). Albin Michel (œuvre originale publiée en 1988).
  • Guédeney, N. (2010). L’attachement, un lien vital. Bruxelles : Flabert édition et Yapaka.be, Col. Temps d’arrêt/lectures.
  • Lemieux, J. (2004). L’adoption internationale, démystifier le rêve pour mieux vivre la réalité. Montréal : Le monde est ailleurs inc.
  • Miljkovitch, R. (2009). L’attachement au niveau des représentations. In N. Guédeney & A. Guédeney (Eds). L’attachement : approche théorique du bébé à la personne âgée (p. 39-48). Issy-les-Moulineaux : Elsevier-Masson.

Aux racines de l’estime de soi

Des outils inspirés de la théorie de l’attachement

Pas toujours facile de relever un défi, d’aller vers les autres, entrer en négociation…

Bien logiquement, nous souhaitons que les enfants, dont nous sommes responsables, puissent entendre leur petite voix intérieure leur dire : « Tu vaux la peine, tu peux faire les choses…», leur donnant ainsi l’audace nécessaire d’entrer en relation, négocier, apprendre, être curieux…

Selon la théorie de l’attachement, créée à partir des années 50 par John Bowlby, l’estime de soi s’élabore dès le plus jeune âge, et tout au long de la  vie. A ce jour, un nombre croissant d’acteurs de terrain y découvre des clés de compréhension des enfants, offrant ainsi un cadre cohérent qui les guident dans la relation adulte-enfant.

Cette formation reprendra les éléments clef de la théorie de l’attachement pour en dégager 4 « racines » pour une estime de soi positive et constructive.

Objectifs

  • Découvrir en quoi un attachement de qualité soutient une bonne estime de soi
  • Connaître le principe de base de la théorie de l’attachement : qualités de l’attachement, impact sur le développement de l’enfant, observation des comportements d’attachement…
  • Travailler les 4 racines d’une base sécure, socle d’une estime de soi favorable
  • Construire des repères éducatifs qui fournissent une base de sécurité aux enfants dont nous sommes responsables

Contenu

Ce cycle apportera de nouvelles clés de compréhension des comportements, des besoins et des sentiments de l’enfant dans ses interactions. Il vise également à proposer aux parents et professionnels des stratégies qui fournissent à l’enfant une base de sécurité, ce qui lui permet d’interagir avec plus de confiance et plus d’aisance.

Ce module peut préparer utilement la réflexion portée par la formation « graines de médiateurs ».

Méthodologie

La méthodologie est active et interactive : analyse de séquences vidéo, apports théoriques illustrés de cas vécus (par les formateurs ou par les participants), outils d’analyse et mise en pratique.

Groupe : de 12 à 18 personnes

Dates : Mercredis 5 & 19 juin, de 9h30 à 16h30 + mercredi 26 juin 2019, de 9h30 à 12h30 (15h), avec Marie-Noëlle de Theux-Heymans – Réf. 1955

Lieu : Université de Paix

Prix, syllabus compris :

Formation gratuite pour les professionnels de l’accueil de la petite enfance dans le cadre du décret ATL (0-3 ans) – inscription et brochure via l’Office de la Naissance et de l’Enfance – 02 542 13 90.

Une fois votre demande d’inscription réalisée à l’aide des formulaires d’inscriptions fournis par l’ONE, celle-ci doit être validée par l’organisme, sous réserve des places disponibles. Merci de vérifier votre inscription auprès de l’ONE.

   

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

Conférences 2012-2013

> Inscriptions

> Plus d’infos : Conférences 2012-2013 de l’Université de Paix (PDF)

L’Université de Paix propose un cycle de conférences à raison d’un mardi par mois, à 19h30. Cliquez ci-dessous sur le nom d’une conférence pour en dérouler son contenu. Si vous désirez découvrir le profil et l’expérience de chacun des intervenants, vous pouvez consulter notre page « formateurs ».

(*) Nouveau : en 2012-2013, découvrez deux Cafés Philo, en partenariat avec le CAL du Brabant-Wallon.

Les « Cafés philo » offrent un lieu de rencontre entre des personnes qui souhaitent échanger sans tabous et dans une ambiance décontractée, autour d’un verre. Loin du tumulte du débat, le « café philo » est avant tout un espace démocratique organisé au sein duquel il n’est pas question de convaincre mais de chercher ensemble. Il amène, par le questionnement de chacun, à faire progresser le raisonnement et le questionnement de tous. Se questionner ensemble impose évidemment quelques règles, une éthique communicationnelle. Il faut, en effet, être prêt à accepter que l’autre puisse avoir raison. Il s’agit, dans le respect et l’écoute, de mettre en doute, mais pas de protester, de couper la parole ou d’attaquer la personne sur ses convictions. Il s’agit bien de partager et d’apprendre.

Le prix des conférences est de 5 à 15€ (3 à 12 € pour les étudiants ou chômeurs) en fonction des honoraires des intervenants extérieurs. Certaines de nos conférences sont accessibles aux conditions Article27. Les prix exacts figurent dans le pdf détaillé des conférences, ci-dessous.

> Plus d’infos : Conférences 2012-2013 de l’Université de Paix (PDF)

> Inscriptions