Entretien avec Laurence Hermand, Directrice du BIJ

Entretien avec Laurence Hermand, Directrice du Bureau International Jeunesse (BIJ)

Propos recueillis par Christine Cuvelier, initialement publiés dans notre trimestriel, en 2011.

Bonjour, Laurence. Si nous te demandons de te présenter en quelques mots ainsi que le BIJ, que dirais-tu ?

Je suis la directrice du Bureau International Jeunesse, un service de la Communauté française chargé d’aider les jeunes à réaliser des projets à l’étranger grâce à différents programmes internationaux. Je travaille avec une équipe d’une vingtaine de personnes qui permettent chaque année à quelque 3.000 jeunes de vivre une expérience internationale passionnante.

En quoi consistent les différents programmes internationaux proposés par le BIJ ?

Les programmes du BIJ s’inscrivent dans le cadre de l’éducation non formelle :  ils ont pour objectif de donner aux jeunes, à travers une expérience internationale menée en dehors du cadre scolaire, des outils pour favoriser leur développement personnel et leur insertion dans la vie active : confiance en soi, bien-être, autonomie, apprentissage linguistique, gestion, ouverture d’esprit… Ainsi, les programmes prévoient des aides financières pour des projets individuels ou de groupes permettant de découvrir d’autres cultures et réalités, d’apprendre une autre langue, de vivre une expérience en milieu professionnel, de mener un projet associatif avec des jeunes d’autres pays. Plusieurs formules sont possibles en Europe, au Québec, en Afrique ou ailleurs…

Peux-tu nous en dire plus sur les actions que vous avez menées sous la Présidence belge de l’UE ?

Le BIJ a été associé à l’ensemble des travaux de la Présidence dans le domaine de la Politique de Jeunesse. En quelques mots :

  • Un séminaire à Gand qui a rassemblé 450 travailleurs de jeunesse et représentants des Ministères européens pour parler de la reconnaissance du travail de Jeunesse.
  • L’écriture et l’adoption par les Ministres européens de la Jeunesse d’une résolution sur l’importance du travail de Jeunesse, une recommandation sur l’importance de l’outil culturel avec les jeunes
  • Une réflexion sur l’Europe de l’Enfance
  • Une conférence européenne à Louvain qui était l’aboutissement d’une consultation des jeunes européens sur les questions d’emploi
  • Un séminaire qui s’est tenu à Namur sur le thème : « Jeunes et mobilités : un luxe ? »

Ce dernier séminaire a permis, au travers de témoignages, de mettre en évidence l’importance des projets de mobilité pour les jeunes, y compris ceux qui connaissent des difficultés.

Quels sont les projets de développement du BIJ ?

Le BIJ a lancé il y a deux ans un projet pilote appelé « Tremplin J » qui permet à tous les jeunes de s’investir dans une association au niveau européen et mondial pour apprendre une langue ou faire une première expérience professionnelle. Ce programme est maintenant en plein développement.

Le BIJ lancera cette année un nouvel appel à projets sur le thème des jeunes face aux droits de l’homme et aux droits sociaux.

De nouvelles perspectives de collaboration avec la Chine sont en train de se concrétiser, de nouvelles formations seront mises en place en 2011 et tant d’autres choses que vous trouverez sur notre site www.lebij.be

Selon toi, quel lien peut-on faire entre votre travail et celui de l’Université de Paix ?

L’Université de Paix est un partenaire qui connaît bien les programmes du BIJ. Le BIJ a soutenu financièrement les projets internationaux de l’Université de Paix.

Des collaborations pourraient être envisagées à partir de l’expertise de l’Université de Paix.

Au sein de ton organisation, y a-t-il une devise, une ligne de conduite ou de pensée ?

« Faut qu’ça Bouge » – ce n’est pas une surprise !  Parce que cela fait référence aux projets que les jeunes réalisent à l’étranger mais aussi au fait qu’ils sont les acteurs de leurs propres projets et des citoyens actifs.

Quel est le meilleur compliment que nous puissions vous faire ?

Ce sont certainement les témoignages des jeunes qui ont réalisé des projets grâce au financement du BIJ et reviennent plein d’enthousiasme et d’envies …

En quelques mots et en guise de conclusion, le mot de la fin pour toi, ce serait…

« Osez bouger ! » et n’hésitez pas à venir rencontrer l’équipe du BIJ pour nous parler de vos projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *