Luc Langouche, Secrétaire général d’Îles de Paix

Outre l’Université de Paix, Dominique Pire a fondé trois autres associations : les Iles de Paix, l’Aide aux Personnes Déplacées et le Service d’Entraide Familiale. Chacune, dans son domaine, poursuit actuellement son œuvre pour la paix et la solidarité.

Entretien avec Luc Langouche, Secrétaire Général des Iles de paix, initialement publié en 2006 dans le trimestriel n°97 de l’Université de Paix.

Question : Si nous vous demandons de vous présenter brièvement ainsi que les Iles de Paix, que diriez-vous ?

Brièvement, dites vous ! En ce qui concerne Iles de paix, cela ne sera pas si simple.  La relation qui s’établit entre Iles de paix et les personnes qui décident d’en partager les objectifs n’est en effet jamais timide ou insipide.  Il y a ceux et celles qui sont tombé dedans alors qu’ils étaient encore jeunes, voire très jeunes et qui ne s’en sont jamais remis.  Il y a ceux et celles qui se sont laissé  toucher, généralement par le biais de la campagne et qui se sont ensuite impliqués de plus en plus,  entraînant  parfois leurs proches ou leurs amis dans cette tourmente. Enfin, il y a ceux et celles, beaucoup plus rares, qui sont venus, ont vu et sont repartis, parce que la démarche d’Iles de paix n’est certainement pas la plus facile ou la plus confortable sur les multiples et impénétrables chemins du développement.

L’association mieux connue sous son appellation réduite de « Iles de Paix » fut fondée par le Père Dominique Pire fin  1964,  près de trois ans  après que la première expérience du  même nom eut été lancée à Gohira dans l’actuel Bangladesh. La démarche  de développement, dont le Père Pire eut l’intuition, devait d’abord être testée, avant d’en envisager la répétition sous d’autres cieux.  Trois compagnons de route de Dominique Pire, experts reconnus dans leurs domaines respectifs de spécialisation l’aidèrent  à donner du corps à cette intuition reposant sur le principe du self help : Vladimir Drachoussoff, Ingénieur agronome,  le Docteur Dricot et Jacques Lefebvre, Economiste  international,  l’un des  premiers fonctionnaires de la CEE.

Quarante ans plus tard, après l’Asie,  la démarche Iles de Paix aura pu être reproduite ou plutôt adaptée aux circonstances locales sur trois autres continents, dans sept  pays.

Iles de Paix est aujourd’hui une ONG de développement, agrée  par le Ministère de la Coopération au Développement, reconnue pour son travail et sa rigueur auprès des autorités des pays où nous travaillons. Le budget annuel total s’élève à  environ  3 millions d’euro. Les moyens financiers proviennent de la campagne annuelle, des dons, legs et successions, de partenariats privilégiés, ainsi que de certains pouvoirs publics (DGCD, Fonds belge de survie, CGRI).

L’association compte aujourd’hui environ quatre vingt  collaborateurs permanents,  vingt en Equateur, quarante  en Afrique et vingt en Belgique. Elle peut en outre compter sur le soutien d’un réseau d’environ 500 coordinateurs bénévoles,

Je me situe sur les deux plans, à savoir sur celui du réseau de bénévoles, au sein duquel j’ai atterri, avec mon épouse,  en 1993, sans vraiment réaliser ce qui allait m’arriver par la suite,  et sur celui de l’engagement permanent, puisque j’assume depuis 1998 la fonction de Secrétaire général.  C’était alors la première fois que j’intégrais le monde associatif,  avec exercice continu de responsabilités. J’ai été actif dans le domaine de la coopération internationale depuis 1978, d’abord avec  le système des Nations Unies, ensuite  au sein de bureaux d’études privés.

Question : En quoi consiste une île de paix ? Quelle est sa vocation ? Quels sont les acteurs ? Quels sont ses principes de fonctionnements ?…

Chaque Ile de paix est à la fois une véritable entreprise et une aventure. Elle est une entreprise, en ce sens qu’elle ne résulte pas d’un hasard, mais d’une volonté, clairement définie et ainsi formalisée,  d’une collaboration  entre des populations du Sud et l’association Iles de Paix.  Il y a donc à chaque fois lune fixation d’objectifs, de priorités fixées par les gens, de stratégies et d’une panoplie de moyens financiers, techniques et humains à mobiliser par chacun des partenaires de cette entreprise.  Des conventions et des programmes d’action balisent le terrain et le calendrier de cette collaboration.

Chaque Iles de paix est également une aventure, car le chemin à parcourir sera parsemé d’embûches. Nombreuses et variées seront les surprises agréables ou désagréables qui se présenteront.  Même si nous nous fixons des objectifs et certaines échéances, une démarche qui repose à la fois sur le self help et sur le dialogue fraternel, nous incite à respecter le rythme de nos partenaires du Sud,  à accepter  leurs changements de cap, et à remettre sur le métier, à chaque fois que nécessaire, le travail des priorités.

Le but ultime, existentiel, d’un programme Iles de paix est d’accompagner des populations qui nous en ont exprimé le souhait, à  vaincre les obstacles de toute nature, identifiés par elles, qui les freine dans leur volonté d’améliorer leurs conditions de vie. La résolution des problèmes sous jacents (parfois très anciens et intimes) à des difficultés apparentes constitue un exercice essentiel. L’instauration d’un dialogue fraternel  est évidemment nécessaire pour y arriver, ainsi que le temps.

On peut dire que la vocation d’Iles de Paix  n’est pas de construire des écoles, des dispensaires, de réhabiliter des pistes  ou d’augmenter les rendements agricoles, mais plutôt d’accompagner les populations dans la reconnaissance  et l’utilisation des clefs, non seulement techniques  et financières, mais aussi socio-organisationnelles, culturelles ou politiques. C’est cela l’amélioration de la maîtrise d’un environnement de vie. Il n’appartient pas à Iles de Paix de décider ce qui est bien pour les gens, mais de les aider à mieux comprendre leur monde, leurs droits, mais aussi leurs devoirs, et à se dire que leur avenir se trouve avant tout entre leurs mains.

Chaque programme Iles de Paix vise, au delà des diverses réalisations à vocation  économique, sociale, éducative ou sanitaire, à induire une évolution des mentalités, et à accroître une bonne intelligence entre les populations et leurs environnements humains. Il doit ensuite pouvoir susciter une contagion par l’exemple.

Ceci implique que l’action d’Iles de Paix touche l’équivalent d’un département, d’une province. Elle doit également concerner directement les multiples sous-groupes d’intérêt et de pouvoir qui composent les terroirs.  Les domaines d’intervention pourront également être très divers, de l’agriculture à la culture tout court, en passant par l’éducation et la santé. Un défi consiste dès lors à ne pas tomber dans la facilité, tant intellectuelle que matérielle, du saupoudrage, mais au contraire, à conserver une cohérence d’ensemble qui transcende le sens et l’opportunité de chacune des actions au sein d’un programme  donné.  Un autre défi consiste à ne pas tomber dans une autre facilité, celle de faire le travail d’autrui, ou d’exercer des responsabilités qui ne nous incombent pas.

Nous agissons comme des facilitateurs et des accompagnateurs, cependant bel et bien comptables des coûts de notre fonctionnement et de notre efficacité  sur le terrain.   A chaque fois, il faut veiller à ce que la mayonnaise puisse prendre. Mais à chaque fois c’est une nouvelle recette, car les ingrédients varient d’un endroit à l’autre.

Pouvez-vous illustrer votre propos à partir d’une expérience, « Islas de Paz Pangor », menée en Equateur ?

Le travail de Iles de Paix en Équateur a débuté en 1994, au niveau de trois communautés (hameaux) dans la paroisse de Pangor  (entité administrative). L’accent  fut au départ mis sur l’amélioration de l’élevage. Dix ans plus tard, Iles de paix travaillait avec cent vingt communautés, dans dix paroisses et sur quatre provinces du pays, et dans une vingtaine de domaines principaux.   Afin de rendre possible cette explosion géographique et thématique,  plus de quarante techniciens indiens, formés par Iles de paix   devinrent à leur tour des vulgarisateurs dans d’autres régions.

Une illustration :  plus de 200 km de pistes rurales furent réhabilitées. Mais le grand succès de ce volet, au delà de l’amélioration des voies de communication, fut le rétablissement durable de relations franches et constructives entre les communautés indiennes et les autorités municipales. Plutôt que de  pallier la défaillance des services cantonaux  de travaux publics, en prenant toute la responsabilité de ce programme, Iles de Paix chercha  à rassembler autour de la table tous les acteurs concernés, et  à coordonner l’établissement d’une convention multilatérale définissant les droits et devoirs de chacun. Cette phase fut  longue et laborieuse et eut pu être considérée, dans une logique « humanitaire » , comme une perte de temps  mais permit par la suite un déroulement des travaux en un temps record.

Question : Quelles sont les actions menées pour informer et sensibiliser le public belge aux enjeux, défis et thèmes liés aux réalités du développement, au renforcement de liens de solidarité entre le Nord et le Sud et ce, en plus de votre campagne de récolte de fonds organisée chaque année à la mi-janvier ?

Iles de Paix mène un programme à part entière à cet effet.  Cinq  publics cibles sont identifiés comme tel : le niveau maternel, le niveau « primaires » , le niveau « secondaires », le grand public et les mouvements de jeunes.  Il y a bien sur des double emplois. Mais pour chaque groupe, Iles de Paix  développe des outils pédagogiques adaptés, testés autant que possible par des professionnels et utilisateurs potentiels de ces supports. Chaque année,  l’équipe d’animation d’Iles de Paix organise près de huit cent séances d’information et de sensibilisation en milieu scolaire. Il y a également des activités qui tournent, comme une exposition sur la dignité de l’homme et le spectacle de marionnettes. Pour vous rendre compte des diverses actions menées et supports disponibles (sur simple demande)  le mieux est de se rendre sur notre site internet, section Nord.

Tout ceci en plus, comme vous le rappelez très justement, de notre campagne  annuelle de récolte de fonds.  A chaque fois, le taux d’adrénaline explose ! Car c’est à l’aune du produit d’un seul week-end de pure folie, que nous découvrirons si des mois de préparatifs au siège et des semaines de stress au sein du réseau des bénévoles, auront permis le résultat tant attendu !  La campagne annuelle, grâce aux  dizaines de milliers de contacts éphémères mais réels avec la population belge,  constitue un observatoire  unique de la solidarité  au quotidien, des préoccupations et éventuelles objections de gens. Il nous convient d’encore et toujours améliorer notre information, la collecte des propos tenus, et l’exploitation à bon escient de ceux ci.

Question :2008 sera l’année du cinquantième anniversaire de l’octroi du Prix Nobel de la Paix à Dominique Pire, fondateur de l’Université de Paix, des Iles de Paix, de l’Aide aux Personnes Déplacées et du Service d’Entraide Familiale. Ces 4 associations souhaitent fêter cet anniversaire ensemble. Qu’est-ce que ce partenariat collectif peut vous apporter ?

Je pense qu’il peut nous apporter beaucoup de bien. Il nous fournit déjà l’occasion de nous retrouver, en nous extirpant  de temps à autre de nos dévorantes occupations, pour prendre le temps de nous écouter les uns les autres,  et de pouvoir prêter une meilleure attention  au travail et compétences des autres associations.

Ensuite le fait de constater que les principes fondateurs de l’œuvre  – éclectique-  de Dominique Pire peuvent se retrouver encore aujourd’hui et dans des champs d’action  fort différents, en confirme  les caractères profond et durable.

Enfin, ce partenariat collectif  nous permettra  je l’espère,   de dépoussiérer notre trésor commun non pas de guerre mais de paix, de le remettre au goût des jeunes et du jour, mais sans le dénaturer ou le déprécier.  J’aspire à ce que nous parvenions à mieux partager et diffuser auprès de nouveaux publics,  la force, l’intensité, l’intelligence  et la modernité de l’engagement de Dominique Pire, ainsi que sa capacité d’entreprendre, sans relâche,  au service des autres.

Question : Le mot de la fin pour vous, ce serait…

Ce mot n’existe pas et ne comptez pas sur moi pour l’inventer  !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *