associations

Retour sur la journée de l’extrascolaire

Badje asbl publie un article de compte-rendu de la journée de l’extrascolaire qui s’est déroulée au Salon de l’éducation 2012 à Namur dans sa revue Badje info (n°52).

« La Journée de l’extrascolaire s’est tenue le samedi 20 octobre dans l’enceinte du salon. Organisée en partenariat avec Coala, l’ISBW, l’Université de Paix, le CJLg et le Salon Education, la journée a prouvé une fois encore que le secteur de l’extrascolaire représente clairement un temps d’éducation ».

Par Sophie Piqueron

« L’objectif pour les partenaires est de faire de cette journée un rendez-vous pour les différents acteurs que sont les accueillante-s en garderie, les coordinateur-trice-s ATL, chargé-e-s de projets, les animateur-trice-s… mais aussi de proposer une vitrine permettant la mise en valeur d’un secteur. En plus des nombreux débats et conférences proposés le samedi, trois rencontres spécifiquement orientées « extrascolaire » ont été programmées par les partenaires. Aux intitulés « douces violences », « la responsabilité en accueil extrascolaire », « l’aménagement de l’espace », ces conférences ont fait salle comble.

La formule « conférence introductive suivie d’ateliers débats » a remporté un vif succès.

Pour la seconde fois, la journée a été reconnue comme journée de formation continue des professionnel-Ie-s de l’accueil de l’enfance 3-12 ans (non capitalisable dans le cadre d’un des socles de base définis à l’article 18 du décret ATL). 64 participants ont requis l’attestation de formation ».

De retour du festival LaSemo 2012

L’Université de Paix a proposé des activités de sensibilisation ludiques au festival LaSemo 2012.

Vous pouvez découvrir les photos de l’événement sur notre page Facebook.

La Semo est un festival marqué par un fort engagement associatif. Depuis 5 ans, il fonctionne avec un système de gobelets réutilisables, des toilettes sèches, des poubelles permettant de trier ses déchets… Il se distingue également par une affiche qui donne une grande place à des artistes alternatifs, connus ou moins connus, et permet ainsi de nombreuses découvertes. L’ambiance du festival est difficile à décrire tant il faut la vivre pour comprendre la différence avec les autres événements de ce type : les arts de rue et les spectacles sont au rendez-vous et un espace est dédié aux familles.

Sur le site, les associations se sont fédérées pour proposer des activités ensemble, de manière à sensibiliser sans nuire à la bonne ambiance et au caractère festif du festival. Loin des leçons de morales ou des arguments vendeurs, le village associatif a permis à de nombreux festivaliers de se poser s’ils le souhaitaient. Dans le stand de l’Université de Paix, ils ont pu tester des attitudes en conflit (cf. Thomas et Kilmann) et se demander si elles leur convenaient, jouer au jeu didactique Belfedar, permettant d’améliorer le vivre-ensemble, ou encore expérimenter diverses activités courtes de coopération ou apprendre à mieux distinguer les croyances et jugements des faits observables en situation conflictuelle.

L’Université de Paix était présente dans le pôle « solidarité et engagement citoyen », avec l’asbl Javva, l’ACRF, Article27 et la FFSB.

Pour couronner le tout, cette année encore, l’Île de l’Oneux a bénéficié d’un micro-climat : il n’y a presque pas eu de pluie…