Une girafe et un chacal avec les enfants

La girafe symbolise la Communication NonViolente (CNV). Avec les enfants, nous utilisons des marionnettes pour illustrer des conflits et différentes manières de les gérer. Le chacal n’est pas « méchant » par nature : il ne voit simplement pas les choses comme la girafe, et fonctionne donc par habitude, en généralisant et en jugeant ! La girafe peut l’aider à vivre les choses autrement…

LA GIRAFE est un grand mammifère avec un très long cou, ce qui lui permet de prendre de la distance lors d’une dispute ; elle voit les choses d’en haut, ce qui lui permet de réagir de façon très sereine.

Par la longueur de son cou, elle doit avoir une très grosse pompe qui lui permet d’irriguer le sang jusqu’à la tête : c’est son COEUR.

La girafe ne crie pas, elle est muette, elle parle avec son cœur, et lors d’une dispute, elle tape du sabot comme pour marquer son territoire. Une girafe va pouvoir dire à l’autre ce qui la dérange sans l’attaquer ou le blesser. C’est pour cela qu’on dit qu’elle parle le langage du cœur.

Pour manger, elle se nourrit de feuilles d’acacias, ce qui fait qu’elle n’attaque jamais d’autres animaux. Elle pollinise et de ce fait, est très respectueuse de la nature puisqu’elle permet aux acacias de se reproduire.

Elle se met en danger lorsqu’elle boit ; du coup, elle a besoin du groupe pour la protéger.

LE CHACAL, lui, est différent. C’est un chien de la savane, tout petit dans ces hautes herbes, ce qui fait qu’il avance sans jamais voir ce qu’il se passe. Il ne voit rien au-delà du bout de son nez. Conséquence, il a souvent très peur, et son moyen de défense, c’est l’attaque. Il mord parce qu’il a peur.

Son grand malheur, c’est que parfois, il se rend compte qu’il est maladroit, il aimerait bien réagir autrement. Et parfois, il parvient à sortir la toute petite girafe qui est en lui et quel soulagement de pouvoir dire à l’autre ce qu’on ressent sans l’attaquer ni le blesser.

Et bien, nous c’est pareil, nous avons en chacun de nous une girafe et un chacal. Parfois, spontanément, c’est peut-être le chacal qui sort le plus rapidement, et donc nous allons tout comme le chacal essayer de faire grandir la girafe qui est en nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.