respect

Règles et sanctions dans des groupes d’enfants

OBJECTIFS

  • Questionner les fondements des règles que nous posons.
  • Mesurer l’adéquation entre la règle que nous posons, les valeurs et les objectifs poursuivis.
  • Poser des limites adaptées et efficaces dans un groupe d’enfants.
  • Élaborer et faire appliquer des sanctions éducatives.
  • Développer une discipline incitative et encourageante qui stimule l’envie de collaborer.

CONTENU

Pour atteindre ces objectifs, dans un premier temps, nous nous interrogerons sur les croyances qui nous motivent à poser certaines limites… ou non. Ensuite, à l’aide de grilles d’analyse et d’outils structurés, nous construirons des règles. À partir des situations concrètes apportées par les participants, nous chercherons comment poser des sanctions éducatives plutôt que des punitions. Enfin nous explorerons quelques démarches créatives pour stimuler l’envie de collaborer chez nos enfants.

MÉTHODOLOGIE

Les participants travailleront principalement à partir de situations qu’ils vivent ou qu’ils observent, et utiliseront des outils parfois théoriques, parfois concrets en fonction des besoins du groupe et/ou de la formation. La théorie sera également reprise dans le syllabus ou les documents remis aux participants.

La méthodologie est active et interactive : échanges d’expériences, applications de grilles de lecture, exercices, mises en situation.

Groupe : de 12 à 18 personnes

Durée : 2 journées de 9h30 à 16h30

Cette formation n’est pas reprogrammée en 2018-2019 mais est réalisable sur mesure, à la demande.

Lieu : Université de Paix

Prix, syllabus compris :

  • 170 euros (Particulier, Association)
  • 150 euros (Membre adhérent UP)
  • 90 euros (Jeunes de moins de 26 ans)
  • 240 euros (Organisation)
coq-forem[1]

Toute personne ayant un contrat PTP (programme de transition professionnelle) via le Forem peut suivre gratuitement une des formations sélectionnées.

Inscriptions via le Forem – 0800 93 947

Plus d’infos sur le contrat PTP et qui peut en bénéficier : cliquez ici

Formation gratuite pour les professionnels de l’accueil de l’enfance dans le cadre du décret ATL (3-12 ans) – inscription et brochure via l’Office de la Naissance et de l’Enfance – 02 542 13 90.

Pour bénéficier des conditions de l’ONE, il convient de passer par les formulaires d’inscription fournis par cet organisme. Privilégiez le bulletin d’inscription en version PDF téléchargeable, à compléter et renvoyer à l’Université de Paix. Notez bien que l’envoi du formulaire n’équivaut pas à une confirmation d’inscription. Les inscriptions sont reçues dans la limite des places disponibles. En ces de surnombre, une liste d’attente est établie.

> Inscriptions

> Renseignements pratiques complémentaires

 

Fiche-outil : « Et si tu me suivais ? »

DSCN1547OBJECTIFS

  • Découvrir une composante du langage non-verbal : la notion d’espace interpersonnel.
  • Expérimenter les conséquences du (non) respect de cette notion d’espace.

MATERIEL

Lattes : une pour deux participants.

DISPOSITION

Les participants circulent librement dans un espace délimité.

DEROULEMENT

  • L’animateur distribue une latte pour deux participants.
  • Les mains croisées dans le dos, les deux participants font tenir la latte entre eux (en l’appuyant sur leur front, leur thorax ou leur abdomen par exemple).
  • Au signal de l’animateur, les participants circulent dans la pièce sans que la latte ne tombe.
  • Dans un premier temps, le participant le plus âgé guide la progression et fait comprendre par des pressions où il veut aller.
  • Lorsque l’animateur le précise, les rôles s’inversent. Le plus jeune guide la marche.
  • Si la latte tombe, les participants la ramassent et essayent à nouveau.

Pistes de réflexion…

L’animateur permet aux participants d’exprimer comment ils ont vécu l’activité :

  • Tous les duos ont-ils réussi à relever le défi ?
  • Quelles ont été les difficultés ?
  • Était-il facile de se tenir si près de l’autre ? Pourquoi cela a-t-il paru gênant à certains ?

Notes à l’animateur

L’animateur peut établir des liens avec des situations de promiscuité dans la vie réelle qui génèrent des tensions :

  • Y a-t-il des moments (à l’école, en famille, dans la vie de tous les jours) où ils se sentent également embarrassés, voire énervés, d’être aussi proches des autres ?
  • Comment réagissent-ils quand cela arrive ?

Youth against racism

En 2002, NEW asbl (Namur-Europe-Wallonie), le service jeunesse de la Ville de Namur et l’Université de Paix se sont associés pour organiser, du 19 au 30 août dernier, un premier camp « Youth against racism ».

Youth against Racism. Lors de ce camp, nous avons voulu donner aux jeunes l’occasion de réfléchir et de s’exprimer très concrètement autour des notions de racisme et de tolérance.

Un article de Christine Cuvelier, initialement paru dans le trimestriel n°80, en 2002.

Ils s’appellent Katharina, Britt, Ayman, Yael, Jingjing… Ils ont entre 15 et 17 ans. Ils, ce sont 50 jeunes de six pays (Autriche, Allemagne, Belgique, Chine, Danemark et Israël), venus à Namur pour appréhender et comprendre le phénomène du racisme, mieux cerner certains pays au travers de leur culture et de leurs différences et, enfin, devenir eux-mêmes, dans leur propre pays, une sorte de relais dans la lutte contre le racisme.

Difficile de résumer 12 jours d’échanges, de rencontres, de débats, de visites, d’autant que ces deux semaines ont été particulièrement riches tant pour tous les participants que pour les animateurs et les invités.

Différentes formes d’activités leur ont été proposées.

La première semaine, des « ateliers de réflexion » ont permis aux participants de faire le point sur le racisme : comment ils le perçoivent, comment ils le ressentent, comment ils l’expliquent, comment ils se voient eux-mêmes dans ce contexte.

La seconde semaine, « des ateliers créatifs » leur ont été proposés. En petits groupes, les jeunes ont exprimé comment ils avaient identifié le racisme en recourant à diverses techniques de communication : théâtre, graphisme, sculpture et reportage sur le déroulement du camp.

Autres points forts de ce programme :

  • des micros-trottoirs dans les rues de Namur : « Quelle est votre définition du racisme ? », « Sur une échelle de 1 à 10, situez votre degré de racisme ? »,… ;
  • une soirée où des témoins concernés par le racisme ont raconté leur vécu ;
  • une présentation de chaque pays et de chaque culture au moyen de plats typiques, chants, danses, vidéos, photos, dias,… proposés par le groupe concerné ;
  • une rencontre, à Bruxelles, avec des parlementaires européens belges–Maurice Dehousse, Olga Zrihen,…- sur les questions et actions politiques à l’encontre du racisme.

Ces activités ont notamment permis aux jeunes de :

  1. nouer des liens d’amitié par la cohabitation et le travail avec d’autres jeunes ;
  2. dépasser des préjugés parfois source de racisme ;
  3. développer un nouveau « savoir-vivre ensemble ».

A l’issue de ce camp, les résultats des ateliers créatifs, tous porteurs d’un message de paix, ont été présentés publiquement à La Bourse de Namur en présence des participants, des animateurs, des autorités communales… et de la presse.

A cette occasion, Mireille Jacquet –Secrétaire générale de l’Université de Paix- a reçu un cadeau : une sculpture réalisée par Nina, une des participantes allemandes. « 5 personnages différents symbolisant chacun un continent s’associent pour construire un monde de paix ». Cette œuvre a été choisie par les jeunes parce qu’elle représente pour eux le travail réalisé par l’Université de Paix.

Un pas vers une culture de paix ? Très certainement.

Vidéo du Salon de l’Education sur le respect

Christelle Lacour intervient les 18 et 19 octobre au Salon de l’éducation (Namur Expo) concernant la thématique du respect. Découvrez ci-dessous la vidéo réalisée pour l’occasion sur le site web du Salon :


 

  • Belfedar, un jeu qui favorise le respect chez les jeunes, le 19/10/2012 de 09h45 à 10h15 (Forum nord). Jeu de plateau coopératif créé à la demande des acteurs de terrain, Belfedar permet de : prévenir la violence chez les jeunes de 10 à 18 ans ; favoriser la confiance et l’appartenance au groupe ; développer des habiletés sociales pour gérer positivement les conflits.
  • Médiation par les pairs (12-18 ans), 18/10/2012 de 09:45 à 10:15 (Grand forum). La Médiation par les pairs donne aux jeunes la responsabilité de la gestion de leurs conflits. Le médiateur accompagne les jeunes volontaires pour communiquer autour de leur conflit et trouver eux-mêmes des solutions qui leur conviennent.
  • Cliquez ici pour plus d’informations concernant les conférences, ainsi que la journée de l’extrascolaire. Vous pouvez également découvrir toutes les conférences du 19è Salon de l’éducation sur le site officiel de l’évènement.