Esprit critique et complotisme : décentration

Activité décentration – prolongements pédagogiques

> Télécharger cette activité en PDF

Activité adultes

L’objectif de cette activité consiste à simuler une discussion relative aux théories du complot avec un groupe de jeunes.

Répartition en plusieurs groupes (simulation de situation en classe)

Comment réagiriez-vous si un jeune vous déclare croire que… ?

  1. Chemtrails : « cette théorie avance que certaines traînées blanches créées par le passage des avions en vol sont composées de produits chimiques délibérément répandus en haute altitude par diverses agences gouvernementales pour des raisons dissimulées au grand public. Cette théorie est rejetée par la communauté scientifique qui indique qu’il s’agit de simples traînées de condensation » (définition Wikipédia).
  2. AntiVax : « les vaccins causent l’autisme », « les vaccins ne servent à rien, ils sont inventés par les industries pharmaceutiques ».
  3. Le sida est invention
  4. Hitler n’est pas mort

Et/Ou

Comment réagir si deux jeunes ont des avis opposés par rapport à une théorie du complot ? Quelle est la bonne posture à adopter par l’enseignant

Nous avons ici choisi de travailler sur base d’un document publié sur le site de Topito : Top 10 des preuves irréfutables qu’on n’a jamais marché sur la Lune, JAMAIS !

Ce support a l’avantage de présenter 10 arguments « pour » la théorie du complot et 10 arguments « contre » cette théorie. L’enjeu de cette activité est de confronter les adultes à un jeune n’ayant des arguments que « dans un seul sens ». Le but est de mettre en évidence les « bulles de filtre », les biais de confirmation et le fait qu’il n’est pas évident de prendre en compte le point de vue de l’autre, ou qu’au contraire celui-ci peut aider à élargir sa vision des choses lorsque l’on prend la peine de l’écouter. L’activité met également en évidence que le jeune n’a pas nécessairement envie d’écouter les preuves « rationnelles » avant d’être lui-même entendu…

Il est également possible d’expérimenter ce type d’activité de manière moins « frontale », en commençant par des sujets « clivants » qui ne relèvent pas de théories du complot. Cf. cette activité : Ce que tu penses, ce que je pense.

Ce que tu penses, ce que je pense

Jeu de rôle – Réflexion

  • Etape 1: chacun reçoit 1 rôle : un prof / un éduc, un jeune qui croit à la théorie, un jeune qui n’a pas un avis vraiment forgé (éventuellement groupe de 4 avec quelqu’un qui croit à la version officielle). Le jeune qui reçoit la description complotiste reçoit la description de la thèse à laquelle il adhère + des arguments en faveur de la théorie. Les autres ne reçoivent pas les arguments.
  • Etape 2: l’élève qui croit en la théorie du complot exprime ce qu’il pense, pourquoi il pense comme cela (arguments, raisons) – 10 min. L’adulte répartit la parole et/ou répond, contre-argumente ou autre…
  • Etape 3: chacun à son tour exprime
    • Comment il se sent, pourquoi il se sent comme cela
    • Qu’est-ce que chacun pense : est-ce que j’ai changé d’avis ?
  • Etape 4: réflexion sur cette base : quels éléments de bonne posture pédagogique / de bonne posture en tant qu’enseignant peut-on retirer ? – 30 min
    • Comment aborderiez-vous la thématique avec des jeunes ?
    • Quelles sont les causes du complotisme à votre avis ?
    • Comment prévenir les discours et arguments fallacieux ?
    • Quelles sont les pistes pédagogiques que vous retiendriez / que vous mettriez en place avec vos jeunes ?

Nous classons les résultats sur base de la pyramide de prévention de Declerck et les complétons le cas échéant. Dans l’évaluation, nous détaillons les pistes élaborées par le groupe d’adultes ayant suivi la formation. Cf. UNIVERSITE DE PAIX ASBL, « Travailler le relationnel à l’école : au-delà des mesures « curatives » », Université de Paix asbl, le 12 septembre 2015.

Travailler le relationnel à l’école : au-delà des mesures « curatives »

Préparez et discutez plusieurs postures possibles / les points forts et faibles de ces approches.

Quelles pourraient être les réactions possibles du jeune à votre réaction ?

Pistes pédagogiques évoquées lors de l’activité réflexive « adultes » (liste non-exhaustive)

  • Postposer la discussion si mal à l’aise
  • Proposer un débat cadré où chacun a un temps de parole équitable
  • Ecouter les jeunes, les reformuler sans jugement
  • Déconstruire des théories du complot « loufoques »
  • Appliquer une grille d’analyse construite en classe, comme lors de l’activité proposée par Carmen Michels (en commençant peut-être d’abord par des cas moins polémiques)
  • L’argumentation factuelle n’étant pas toujours ni possible ni efficace, il est parfois plus judicieux de laisser à chacun exprimer ses opinions en mettant un cadre dans lequel on ne « lutte » pas contre les opinions. Chacun peut penser ce qu’il veut, tant qu’il ne tâche pas de convaincre les autres (tant que ces opinions ne sont pas en tant que telles racistes, xénophobes, discriminantes, haineuses…). Bref, chacun peut croire à une version des événements, et en même temps cela n’empêche pas de discuter des arguments, de les analyser ensemble.
  • Poser la question : qu’est-ce que cette théorie t’apporte ? Qu’est-ce que ça change pour toi d’y croire ou ne pas y croire ?
  • Poser la question : qu’est-ce qui pourrait te faire changer d’avis ?
  • Leur permettre de pratiquer des activités de « décentration »

Activité jeunes – JDR

Les jeunes reçoivent trois numéros.

  • Un jeune croit en une théorie du complot.
  • Un autre en une version officielle.
  • Le troisième est indécis / a le rôle de médiateur.

Exemples de thèses :

  1. Chemtrails : « je crois que les trainées blanches des avions sont des produits chimiques visant à nous contaminer »
  2. AntiVax : « je crois que les vaccins sont mauvais pour la santé, ils sont le fruit d’un complot des industries pharmaceutiques pour s’enrichir au détriment de notre santé »
  3. Hitler n’est pas mort : « je crois qu’Hitler n’est pas mort ».
  4. 11 septembre : « je crois que les attentats du 11 septembre 2001 sont le fruit d’un complot des Etats-Unis »

Comme dans le groupe d’adultes, nous avons travaillé sur base de fiches avec des arguments « pour » ou « contre » la théorie du complot selon laquelle l’humain n’est jamais allé sur la lune. Comme avec le groupe d’adultes, nous avons ici choisi de travailler sur base d’un document publié sur le site de Topito : Top 10 des preuves irréfutables qu’on n’a jamais marché sur la Lune, JAMAIS !

Par sous-groupes (de 3), chacun prend la posture (« pour », « contre » ou « neutre » / « médiateur ») qui lui a été attribuée et chacun exprime à tour de rôle :

  • Comment il se sent, et pourquoi
  • Sa croyance et les raisons pour laquelle il y croit

Il n’y a pas de « débat », et on compile/appose simplement toutes les réactions.

  • Veiller à faire comprendre au jeune qu’il s’agit d’un jeu de rôle (indépendant de leur choix personnel) et qu’il n’existe pas de « vraie » ou de « fausse » posture à adopter. Les deux postures ont leur droit d’existence.

Le sens de cette activité consiste pour chacun à explorer son ressenti et ses croyances et à entendre ceux des autres dans différentes postures. Nous effectuons un feedback en grand groupe afin de recueillir les impressions :

  • Qu’est-ce que cela vous a fait ?
  • Qu’avez-vous appris (point de vue cognitif) ? Était-il facile de comprendre un point de vue que vous ne partagez pas ? Était-il facile ou difficile de vous mettre dans la peau de quelqu’un qui n’a pas les mêmes idées que vous ?
  • Votre avis a-t-il évolué ? Pour quelles raisons ?
  • Comment vous êtes-vous sentis ?
  • Quels liens faites-vous avec des désaccords de tous les jours ?

5 réponses à Esprit critique et complotisme : décentration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *