Laissez-moi entrer

OBJECTIFS

– Prendre conscience de la manière dont je prends ma place dans le groupe.

– Découvrir et expérimenter les différentes attitudes en situation de conflit.

MATERIEL

Aucun

DISPOSITION

Les participants sont debout en cercle.

DEROULEMENT

– L’animateur demande à quelques volontaires de sortir du groupe.

– Tous les autres forment un cercle serré.

– Les volontaires tentent alors d’intégrer le cercle pour se joindre aux autres.

– Ils l’expriment à leur manière : gestes, demandes… en tenant compte des règles de vie.

Pistes de réflexion…

L’animateur suscite le débat autour de questions telles que :

– Quelles ont été les différentes manières utilisées ?

– Quelles ont été les plus efficaces à court terme et à long terme ?

– Comment se sont sentis les volontaires exclus du cercle ?

– Comment se sont sentis les membres du cercle face aux méthodes utilisées par les volontaires ?

NOTE A L’ANIMATEUR

Cette fiche permet de distinguer les différentes attitudes en conflit. Sur base des travaux de Thomas et Kilmann, nous proposons aux enfants de découvrir 4 attitudes :

  • La compétition : je fais passer mon objectif (ce que je veux) avant celui de l’autre (par exemple, lorsque j’essaie de séduire, de manipuler, de convaincre, d’argumenter…)
  • L’accommodation : je fais passer l’objectif de l’autre (ce qu’il ou elle veut) avant le mien (par exemple, lorsque je ne donne pas mon avis et que je fais ce que l’on me demande même si je ne suis pas d’accord)
  • Le repli : j’abandonne mon objectif et celui de l’autre, mon attitude ne poursuit aucun des deux objectifs (par exemple, lorsque je stoppe une discussion parce que je suis trop dans l’émotion)
  • La coopération : avec mon partenaire, nous faisons passer nos deux objectifs sur le même plan. Nous essayons de trouver des solutions partagées (par exemple, lorsque nous discutons de nos besoins et ouvrons le champ des solutions)

Sur base des attitudes face au conflit, l’animateur relève les comportements observés et leurs conséquences, tant pour le participant concerné que pour les autres membres du groupe.

Cette activité est également intéressante pour parler des dynamiques de groupe, de l’exclusion, etc.

J’appelle les personnes qui…

OBJECTIFS

– Découvrir les points communs et les différences entre moi et les autres.

– Prendre (conscience de) sa place dans le groupe.

– Vivre une activité dynamique en groupe.

MATERIEL

Aucun

DISPOSITION

Des chaises en cercle. Une chaise en moins que le nombre de participants.

DEROULEMENT

– Le participant qui est au centre (l’animateur pour commencer) dit « J’appelle les personnes qui… » et poursuit la phrase en donnant un indice visible :  « ont les cheveux bruns, portent un pantalon, portent du rouge… »

– Tous ceux qui correspondent à la description donnée se lèvent et changent de place. Celui qui est au milieu en profite pour tenter de s’asseoir.

– Le dernier qui reste au centre relance le jeu.

– Après un temps, des indices non visibles de description peuvent être donnés : « J’appelle les personnes qui ont peur des araignées, aiment nager, ont pris l’avion, adorent les films d’horreur… »

Pistes de réflexion….

L’animateur demande aux participants de se souvenir du critère qui a concerné le plus grand nombre, du critère qui a concerné le plus petit nombre. Il les interroge sur ce qui les a surpris.

NOTES A L’ANIMATEUR

Il arrive, chez les jeunes participants, que certains éprouvent un vif plaisir à rester au centre du cercle et s’arrangent, à plusieurs reprises, pour ne pas gagner une place assise alors qu’ils en ont l’occasion. Les autres participants ne manqueront pas de le faire remarquer. C’est l’occasion d’interroger le participant  concerné sur ses motivations et d’amener les participants à prendre conscience des effets des comportements de chacun sur le groupe.

On peut, si cela se produit trop fréquemment, ajouter une règle: lorsqu’on se retrouve pour la deuxième fois au milieu, on désigne un remplaçant qui n’y est pas encore allé.

[Fiche-outil] Recette du conflit

OBJECTIFS

  • Prendre conscience de sa représentation du conflit et de celle des autres.
  • Négocier une définition du conflit.

MATERIEL

Une affiche et des marqueurs par sous-groupe.

DISPOSITION

  • Dans un premier temps, les participants sont assis face à un tableau ou à une affiche.
  • Dans un second temps, les participants sont rassemblés par groupes de quatre ou cinq.

DEROULEMENT

Premier temps

  • L’animateur demande aux participants de citer tous les mots qui leur viennent à l’esprit quand on évoque le mot « conflit ».
  • Il note tous les mots cités de façon lisible, au tableau ou sur affiche.
  • L’animateur demande aux participants de relire tous les termes retenus et de noter au maximum deux mots qui leur semblent particulièrement significatifs.

Second temps

  • Les participants se regroupent à quatre ou cinq.
  • En tenant compte des mots notés par chacun, ils devront définir le conflit sous la forme d’une recette.

VARIANTES

  • Si des notions de gestion de conflit apparaissent déjà dans la première étape de constitution d’un réservoir de mots, les groupes pourront créer dès le départ une recette pour (di)gérer le conflit.
  • Pour prolonger l’activité, l’animateur peut proposer de réaliser une recette de gestion du conflit.
  • En lieu et place d’une recette, l’animateur peut proposer la création d’un poème, d’une chanson, d’un portrait-robot, d’un mime, d’une danse…

Pistes de réflexion…

L’animateur interroge les participants sur le déroulement de l’activité :

  • Comment se sont-ils organisés pour créer une recette ? Chacun est-il satisfait de la manière dont cela s’est déroulé et des résultats ? Pourquoi ?
  • Quelles sont les ressemblances et les différences entre les recettes ?
  • Qu’ont-ils découvert ?

NOTES A L’ANIMATEUR

  • Cette activité trouve toute sa richesse avec des participants de plus de 10 ans.
  • Cette étape de constitution de recette est très riche d’information concernant les représentations autour du conflit.
  • Lors de la récolte des mots relatifs au conflit, l’animateur veille à faire respecter les règles de la créativité :
    • Pas de censure des mots proposés
    • Proposer un maximum de mots
    • Des mots plus farfelus sont bienvenus
    • Des mots peuvent être cités en lien avec d’autres déjà notés
  • Lors de la seconde étape, l’animateur peut stimuler la créativité culinaire des participants en leur proposant quelques modèles de recettes
  • Il peut également préciser que la définition sera d’autant plus juste qu’on aura réfléchi aux proportion

[Fiche outil] Saut de l’ange

graines3

OBJECTIFS

– Se détendre.

– Evacuer les tensions.

MATERIEL

Aucun

DISPOSITION

Les participants sont debout.

DEROULEMENT

  • L’animateur montre les différents temps de la figure aux participants :
    • se tenir debout, bien droit, les pieds serrés ;
    • inspirer profondément et lentement en bombant le torse, en tirant les épaules vers l’arrière, les bras légèrement écartés du corps ;
    • bloquer un court instant la respiration ;
    • expirer lentement en inclinant le buste au maximum vers le bas, les bras tendus vers le sol ;
    • lorsque le buste est au plus bas, expirer deux fois rapidement pour expulser tout l’air des poumons ;
    • se redresser en inspirant profondément, arquer le dos et les épaules vers l’arrière et lever les bras en croix en les tendant vers l’arrière également ;
    • expirer rapidement par la bouche, en inclinant le torse vers l’avant. Les jambes sont droites et les bras se tendent vers les pieds en se rejoignant, comme pour un plongeon.
  • Au signal de l’animateur, les participants réalisent tous ensemble la figure.

Le saut de l’ange peut être exécuté plusieurs fois.

Pistes de réflexion…

L’animateur propose aux participants qui le souhaitent de dire comment ils se sentent au terme de l’exercice de respiration : mieux ? Détendu ? Encore sous tension ?

NOTE A L’ANIMATEUR

L’animateur peut rechercher avec les participants différents exercices qui leur permettraient d’évacuer rapidement leurs tensions. Une liste peut être dressée et affichée dans un espace réservé à l’évacuation du stress.

[Fiche outil] Qui se ressemble s’assemble

OBJECTIFS

– Découvrir le langage non verbal propre aux émotions et aux sentiments.

– Prendre conscience que les émotions peuvent s’exprimer de différentes manières.

MATERIEL

Fiches sur lesquelles une émotion de base est inscrite (colère, tristesse, peur, joie)

DISPOSITION

Les participants circulent librement dans un espace délimité.

DEROULEMENT

– Sur chaque fiche, une des émotions de base est indiquée.

– L’animateur distribue une fiche à chaque participant.

– Il demande aux participants d’exécuter l’attitude corporelle (mimique, posture, gestes, voix…) qui, selon eux, correspond à l’émotion qui leur a été attribuée.

– Tout en conservant sa mimique, chaque participant circule et recherche ceux qui, à son avis, représentent la même émotion que lui. Dès qu’il pense avoir trouvé, il se relie à son homologue en lui prenant le bras. Des chaînes d’émotions identiques sont ainsi formées.

– L’animateur vérifie que les associations sont correctes.

Pistes de réflexion…

L’animateur demande aux participants s’il a été facile ou non de trouver ceux qui avaient la même émotion qu’eux.

Comment ont-ils faits ? Quels sont les indices qui les ont guidés ?

L’animateur propose éventuellement d’exécuter à nouveau les chaînes de mimiques et d’observer les visages. Les mimiques sont-elles vraiment identiques ? En quoi ? Y a-t-il des nuances ? Pourquoi ?

Fiche-outil : « Et si tu me suivais ? »

DSCN1547OBJECTIFS

  • Découvrir une composante du langage non-verbal : la notion d’espace interpersonnel.
  • Expérimenter les conséquences du (non) respect de cette notion d’espace.

MATERIEL

Lattes : une pour deux participants.

DISPOSITION

Les participants circulent librement dans un espace délimité.

DEROULEMENT

  • L’animateur distribue une latte pour deux participants.
  • Les mains croisées dans le dos, les deux participants font tenir la latte entre eux (en l’appuyant sur leur front, leur thorax ou leur abdomen par exemple).
  • Au signal de l’animateur, les participants circulent dans la pièce sans que la latte ne tombe.
  • Dans un premier temps, le participant le plus âgé guide la progression et fait comprendre par des pressions où il veut aller.
  • Lorsque l’animateur le précise, les rôles s’inversent. Le plus jeune guide la marche.
  • Si la latte tombe, les participants la ramassent et essayent à nouveau.

Pistes de réflexion…

L’animateur permet aux participants d’exprimer comment ils ont vécu l’activité :

  • Tous les duos ont-ils réussi à relever le défi ?
  • Quelles ont été les difficultés ?
  • Était-il facile de se tenir si près de l’autre ? Pourquoi cela a-t-il paru gênant à certains ?

Notes à l’animateur

L’animateur peut établir des liens avec des situations de promiscuité dans la vie réelle qui génèrent des tensions :

  • Y a-t-il des moments (à l’école, en famille, dans la vie de tous les jours) où ils se sentent également embarrassés, voire énervés, d’être aussi proches des autres ?
  • Comment réagissent-ils quand cela arrive ?

Fiche-outil : « Je m’assieds dans l’herbe »

DSCN1485OBJECTIFS

  • Reconnaître l’autre en l’appelant par son prénom.
  • Être attentif à la place de chacun.

MATERIEL

Aucun

DISPOSITION

Des chaises en cercle.

Il y a une chaise en plus que le nombre de participants.

L’animateur et les participants sont assis sur les chaises.

DÉROULEMENT

  • Le participant qui s’aperçoit le premier qu’il y a une chaise vide à sa gauche ou à sa droite tape sur celle-ci, s’y assied en disant : « Je m’assieds… ». Il libère donc sa chaise.
  • Son voisin suit le mouvement en s’asseyant sur la chaise nouvellement libérée et dit : « …dans l’herbe … »
  • Le suivant fait de même en s’asseyant sur la nouvelle chaise libérée et dit : « …et j’appelle… ». Il appelle alors un participant du groupe.
  • Le participant appelé quitte sa chaise pour aller s’asseoir sur la chaise libre.
  • Une autre chaise est donc libérée. De nouveau, le participant qui s’aperçoit le premier de la place vide s’y assied en disant « Je m’assieds… ». Et ainsi de suite.

Pistes de réflexion…

L’animateur suscite le débat autour de questions telles que :

  • Certains participants ont peut-être été appelés plus souvent que d’autres ? Pourquoi ? Comment se sentent-ils ?
  • Comment se sentent les participants qui n’ont pas été appelés ?
  • Pourquoi a-t-on tendance à plutôt appeler ses amis ?

Notes à l’animateur

  • Si deux enfants tapent sur une chaise libre à coté d’eux et disent « je m’assieds… » en même temps, il est possible de construire avec le groupe de nouvelles règles pour les départager. Exemple : jouer à « pierre, papier, ciseaux ».
  • L’animateur sera attentif à ce que chaque enfant soit appelé au moins une fois. Pour aider, les participants déjà appelés peuvent faire un signe (pouce en l’air, par exemple).
  • Cette activité est fort appréciée et souvent demandée. C’est l’occasion d’en complexifier les règles, en tenant compte des retours précédents. Cette révision est en général proposée spontanément par les participants. En voici quelques exemples :
    • Je respecte le rythme amorcé au début du jeu.
    • J’essaie d’appeler quelqu’un en face de moi, sans chercher mon copain ou ma copine.
    • Les filles appellent les garçons et les garçons appellent les filles.

Clefs pour la jeunesse : Touka

Depuis le 4 mai 2012, la partie francophone de l’association Clefs pour la Jeunesse a confié son travail en Fédération Wallonie Bruxelles à l’Université de Paix.

Touka est un outil pédagogique complet développé par cette asbl. Nous le proposons désormais gratuitement en intégralité sur notre site Internet.

Vous pouvez le visionner ci-dessous ou encore le télécharger en cliquant ici (PDF).

 

Belfedar dans le magazine Prof n°13

Magazine Prof n°13

Le journaliste Patrick Delmée a testé le jeu Belfedar pour le magazine Prof.

PROF, le magazine des professionnels de l’enseignement, est une publication du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Administration générale de l’Enseignement et de la Recherche scientifique).

Lire l’article sur Enseignement.be, le site du magazine : Belfedar dans le magazine Prof numéro 13.

Le jeu Belfedar est également mentionné dans la revue numéro 46 des scouts et guides pluralistes de ce mois d’avril 2012 (page 19).

Le magazine 46 des scouts et guides pluralistes

Présentation du magazine 46, extraite du site des scouts et guides pluralistes