Intelligence émotionnelle des enfants (4)

Identifier et accueillir ce que l’enfant ressent

Cet article fait partie d’un dossier de fond relatif au développement d’une intelligence émotionnelle « positive » chez les enfants. Ce document a été produit par le Groupe de Travail « enfance » du Conseil académique en gestion de conflits et en éducation à la paix. Il est issu d’une réflexion ayant débuté en septembre 2015.

Plan du dossier

Identifier ce que l’enfant ressent

Afin de développer positivement l’intelligence émotionnelle des enfants, il s’agit de pouvoir comprendre leur « carte mentale », leur image mentale.

Pour ce faire, il s’agit d’écouter la « grammaire » qu’ils utilisent. Au-delà des mots, il s’agit de comprendre comment ils « structurent » leur pensée et leur action. Une personne qui parle beaucoup sous forme de « il faut » ou « je dois » fonctionne davantage sur un mode « impératif » qu’une personne qui l’utiliserait peu. Dans un autre sens, « il faudrait » est du conditionnel.

Pour comprendre le comportement d’un enfant, on réfère alors celui-ci à des « invariants » de la structure grammaticale qu’il utilise. S’il commence toutes ses phrases de la même manière, s’il utilise la forme active ou la forme passive, s’il est dans le présent ou le passé…

Bien sûr, des mots récurrents peuvent aussi renseigner sur la manière de structurer la réalité de l’enfant. Toutefois, avec la parole, l’individu peut mentir. C’est plus difficile de le faire au niveau de la syntaxe, de même que par le « langage du corps ». Il ne faut donc pas se limiter à l’aspect sémantique de la parole.

De ce fait, il est également important de faire attention aux signaux non verbaux, que l’on peut généralement assimiler aux comportements de fuite, lutte/attaque ou inhibition. Il s’agit de regarder le corps.

Pour décoder le « tonus », il faut tâcher de se représenter le comportement de l’autre en grossissant ses manifestations extérieures. Par exemple, si l’on applique cela à quelqu’un qui balance du pied, il est possible de déduire qu’il aurait envie de donner un coup de pied. Concrètement, il n’est pas possible d’avoir une image (comme celle de frapper) sans utiliser un minimum les neurones moteurs liés au fait de cet image.

L’identification de ce que l’autre ressent passe notamment par l’observation / la lecture du langage non verbal et par l’écoute de la grammaire qui traduit des prédispositions à l’action de l’enfant.

Accueillir ce que l’enfant ressent

Comme nous l’avons vu précédemment, si l’enfant manifeste une émotion, c’est sans doute la résultante d’un conditionnement antérieur, par rapport à une stratégie qui a fonctionné.

Pour accompagner le développement de l’enfant, il s’agit de pouvoir accueillir cela : « c’est normal », « tu as eu raison de ressentir cela dans une situation similaire ». Cela a fonctionné par le passé. C’est possible de verbaliser que cela a pu être fonctionnel à un moment donné, que ça a été adéquat précédemment, tout en disant qu’aujourd’hui, ça ne l’est plus.

L’adulte peut dire qu’il comprend que l’enfant associe le fait de (se) faire souffrir à son besoin d’attention ou d’affection. Selon notre paradigme, s’il ressent du plaisir à faire souffrir autrui, c’est qu’il en a été récompensé d’une certaine manière (une question étant de savoir par qui) lorsqu’il a fait souffrir autrui. L’éducateur peut verbaliser : « je peux comprendre cela, et à la fois il n’y a pas besoin d’agir comme ça pour être aimé. Aussi, en te comportant de cette manière, voilà les conséquences ».

Recommandations

Pour tâcher de ressentir ce que l’autre ressent, il est possible de se mettre littéralement dans la position de l’autre – reproduire sa posture corporelle, physique, jusqu’au tonus musculaire dans lequel semble être la personne.

L’accueil du ressenti de l’autre se fait sans jugement moral. Si l’on devine qu’un enfant a envie de frapper ou d’insulter, il est peut-être possible de l’aider à vider son émotion bloquante, en exagérant les indices physiques (pied qui part vers l’avant comme pour donner un coup de pied, mains qui se crispent comme pour étrangler…) et en verbalisant le ressenti, par exemple. Jean Lerminiaux invite à aider à évoquer pleinement le comportement contenu pour l’aider à libérer.

L’enfant a le droit de ressentir ce qu’il ressent, et peut donc être apaisé par rapport à son émotion. Cela permet aussi d’aborder plus ou moins explicitement le fait que certains comportements sont culturellement conditionnés, entre autres en fonction du genre : « ce n’est pas beau une petite fille en colère », « un petit garçon ne peut pas pleurer », etc. Certains enfants ont peut-être intégré des stéréotypes et prescrits culturels et ne s’autorisent pas à exprimer ou à libérer ce qu’ils ressentent.

L’enfant n’est pas puni ou condamné, et en même temps l’adulte lui montre qu’il entend son ressenti. Il peut se sentir accepté et reconnu. Il est accueilli avec compassion, sécurisé.

L’accueil du ressenti de l’enfant s’accompagne de facto d’une forme de compassion, authentique et sincère : l’adulte peut sentir la détresse du jeune, ses difficultés, jusqu’à éventuellement les verbaliser : « qu’est-ce qui fait que tu n’as pas d’autre moyen de te faire aimer qu’en étant malheureux / déprimé / colérique… ? », « je te plains de ne pouvoir rien faire d’autre que d’être abandonné ». Dans ces formulations, la compassion se manifeste par le fait que l’adulte acte que l’enfant « ne peut pas faire autrement » dans sa posture actuelle.

En parallèle, il s’agit de lui exposer les conséquences possibles de ses actes : s’il passe à l’acte de donner un coup de pied ou d’étrangler (il est libre de le faire), il y aura des conséquences.

Plan du dossier

5 réponses à Intelligence émotionnelle des enfants (4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *